Marceline Loridan-Ivens

  • C'était génial de vivre Nouv.

    " Dans les camps, il y a ceux qui survivent et ceux qui ne survivent pas. Il y a ceux qui reviennent et ceux qui ne reviennent pas. Personne ne sait pourquoi. C'est quelque chose qui vient du ciel. Il y a des anges, forcément. Je le crois. J'ai toujours eu deux anges avec moi. Je les ai toujours. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Peut-être parce qu'il fallait que je revienne. Il fallait que je dise ce que
    d'autres ne diraient pas, que j'écrive ce que personne n'écrirait. Je ne sais pas. Je n'y suis pour rien. "
    Quelques semaines avant de mourir, Marceline Loridan-Ivens, déportée à Auschwitz-Birkenau à quinze ans dans le même convoi que Simone Veil, s'est confiée à David Teboul et Isabelle Wekstein-Steg. Ceci est son dernier récit.

  • « J´ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l´ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T´écrire m´a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m´enserre le coeur. Je voudrais fuir l´histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »M.L.-I.

  • «  Le téléphone sonne. C'est Charlotte qui m'appelle d'Israël. Nous étions dans la même classe à Montélimar. Elle a été arrêtée après moi, mais je ne l'ai pas croisée à Birkenau.
     
    -  Qu'est-ce que tu fais en ce moment  ? demande-t-elle.
    -  Je travaille sur l'amour.
    Un silence alors, comme si le mot amour s'égarait, se cognait dans sa tête. Elle ne sait qu'en faire.
    -  L'amour au camp ou quoi  ?
    -  Après les camps.
    -  Ah, c'est mieux. L'amour au camp, j'en ai pas vu beaucoup.  »
     
    Comment aimer, s'abandonner, désirer, jouir, quand on a été déportée à quinze ans  ?
    Retrouvant à quatre-vingt-neuf ans sa «  valise d'amour  », trésor vivant des lettres échangées avec les hommes de sa vie, Marceline Loridan-Ivens se souvient...
    Un récit merveilleusement libre sur l'amour et la sensualité.
     

  • A breathtakingly beautiful memoir by a survivor of Auschwitz-Birkenau and an astonishing addition to the library of literature on the Holocaust Marceline Loridan-Ivens was just fifteen when she was arrested along with her father in the Vichy-ruled part of France. Her mother and siblings managed to escape arrest. On their arrival at the camps, the two were separated--her father sent to Auschwitz, she to the neighboring camp of Birkenau. The three kilometres that separated them were an insurmountable distance, and yet her father managed to send her a short note, addressed to "My darling little girl". In But You Did Not Come Back, Marceline writes a letter responding to the father she would never know as an adult, to the man whose death enveloped her whole life. As a documentary film-maker in the 1970s and '80s, working in China and Vietnam, Marceline ultimately found purpose in her life, but the loss of her father never diminished in its intensity. And now, as anti-Semitism resurfaces in many parts of the world, Loridan-Ivens's testimony is a haunting and challenging reminder of one of the worst crimes humanity has ever seen. It is a deeply affecting personal story of a woman whose life was shattered and gradually rebuilt, and an irrefutable example of how memory survives and shapes everything. From the Hardcover edition.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty