Jean-Marc Bloch

  • « Ces pages seront-elles jamais publiées ? Je ne sais. Il est probable, en tout cas, que, de longtemps, elles ne pourront être connues, sinon sous le manteau, en dehors de mon entourage immédiat. Je me suis cependant décidé à les écrire. L'effort sera rude : combien il me semblerait plus commode de céder aux conseils de la fatigue et du découragement ! Mais un témoignage ne vaut que fixé dans sa première fraîcheur et je ne puis me persuader que celui-ci doive être tout à fait inutile. Un jour viendra, tôt ou tard, j'en ai la ferme espérance, où la France verra de nouveau s'épanouir, sur son vieux sol béni déjà de tant de moissons, la liberté de pensée et de jugement. ».

    Ajouter au panier
    En stock
  • Mars 2013, Anne Barbot disparaît alors qu'elle part travailler au supermarché de Vritz, en Loire-Atlantique.
    Son mari Didier est rongé d'inquiétude. L'agriculteur organise bientôt une marche blanche, soutenu par la famille de son épouse. Il supplie les témoins éventuels de se manifester.
    Quand le corps d'Anne est retrouvé carbonisé dans le coffre de sa voiture, Didier est effondré...

    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire authentique et hors du commun où la réalité dépasse la fiction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Juillet 2009, des pompiers sont appelés à intervenir sur l'incendie d'une villa à Plougonvelin, près de Brest. Dans les décombres, ils découvrent le corps calciné de Jean-Jacques Le Page, un retraité de 67 ans. Très vite, les premières expertises révèlent que ce n'est pas un accident: le corps de l'homme est criblé de coups de couteau. Jean-Jacques Le Page a donc été assassiné.

    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire authentique et hors du commun où la réalité dépasse la fiction

    Ajouter au panier
    En stock
  • Rencontre mortelle sur internet : l'affaire Marina Ciampi Nouv.

    En juin 2012, Marina Ciampi, veuve, cherche à tuer la solitude en s'inscrivant sur un site de rencontres. Quelques mois plus tard, la quadragénaire est retrouvée morte dans son appartement. Les enquêteurs de la PJ de Marseille s'intéressent aux internautes.

    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire authentique et hors du commun où la réalité dépasse la fiction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Cofondateur, en 1929, de la revue Annales, le grand historien Marc Bloch fut une des victimes de Klaus Barbie. Fusillé le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans (Ain), près de Lyon, il laissait inachevé un ouvrage de méthodologie, Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien - sous-titré dans son plan le plus ancien ou Comment et pourquoi travaille un historien -, qui fut publié en 1949 par Lucien Febvre.
    L'édition ici présentée de l'ouvrage posthume de Marc Bloch est celle que son fils aîné, Étienne Bloch, livrait il y a vingt-cinq ans : le texte y apparaît dans son intégralité et sans modification aucune. On découvre dans ces pages l'oeuvre dans sa forme intégrale et cette oeuvre prenant forme, le travail d'un homme la construisant et d'un historien affirmant l'intérêt de l'histoire, légitimant une science historique, définissant des pratiques, des objectifs, une éthique, son "métier".
    On y redécouvrira aussi la modernité de cette réflexion, du regard porté sur l'histoire, cette "science en marche", cette "science des hommes dans le temps", grâce auquel se fonde l'espoir que "les sociétés consentiront enfin à organiser rationnellement, avec leur mémoire, leur connaissance d'elles-mêmes".
    « Ce livre inachevé est un acte complet d'histoire ». Jacques Le Goff

    Ajouter au panier
    En stock
  • Rédigé en 1921, au lendemain du premier conflit mondial, cet essai expose la manière dont naissent et se propagent les rumeurs et les fausses nouvelles de la guerre et, bien sûr, la façon dont elles sont sciemment fabriquées et exploitées. Marquée par l'exigence de pluridisciplinarité de l'auteur dans d'autres domaines, cette leçon de méthodologie historique apparaît indispensable à l'heure où la désinformation constitue l'une des principales armes de la guerre moderne.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le 17 mai 2005, un promeneur découvre le corps d'un homme sans vie dans un bois de Sucy-en-Brie, en région parisienne. Il s'agit de Christophe Belle, 40 ans, un pâtissier à succès dans le quartier du Marais, à Paris. Il a reçu trois balles dans la tête et de la cocaïne est retrouvée près de son cadavre. Lors de leur enquête, les hommes de la brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres, vont aller de surprise en surprise.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire hors du commun où la réalité dépasse la fiction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ce volume contient notamment : Carnet « méthodologie historique » - Critique historique et critique du témoignage - Écrits et photographies de guerre 1914-1918 - Réflexions d'un historien sur les fausses nouvelles de la guerre - Mémoire collective, tradition et coutume - Pour une histoire comparée des sociétés européennes - La Féodalité européenne [inédit] - Introduction aux Caractères originaux de l'histoire rurale française - L'erreur collective de la « Grande Peur »... - Problèmes d'Europe - Que demander à l'histoire ? - Réflexions pour un lecteur curieux de méthode - L'Étrange Défaite - Comment et pourquoi travaille un historien [inédit] - Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien - Textes inédits du Cercle d'études de Montpellier - Conférences sur la Grande-Bretagne - Écrits clandestins (1943-1944) - « Testament » - Regards sur Marc Bloch : Georges Altman, Georges Bratianu, Raymond Aron, Henri Brunschvig, Bronislaw Geremek - « Vie et oeuvre » illustré.

  • Le 13 juillet 2011, deux plaisanciers découvrent une valise flottant dans la rade de Lorient. Elle contient le cadavre d'un homme ligoté. Dans sa poche : une clé. C'est à partir de ce seul indice qu'après plusieurs mois d'investigation, les enquêteurs parviendront à identifier l'inconnu et son assassin. Le corps était celui de Farid Ouzzane, un proxénète parisien de 55 ans.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire hors du commun où la réalité dépasse la fiction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le 26 juin 2005, le corps sans vie de Mathilde Croguennec, 18 ans, est retrouvé dans un bois au milieu du teknival de Carnoët, dans les Côtes-d'Armor. La jeune fille a été poignardée à vingt-huit reprises. Les enquêteurs savent qu'ils n'ont pas une minute à perdre car le meurtrier se cache certainement parmi les 43 000 « teufeurs » qui assistent à la rave géante.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire hors du commun où la réalité dépasse la fiction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • " La Société féodale a cinquante ans.
    Une génération nouvelle d'historiens de la société, des réactions mentales et de l'économie, qui n'a cure des grands anciens, laboure le champ délimité par Bloch. Certes le domaine aujourd'hui est plus vaste, mieux connu, plus ouvert. Mais La Société féodale en reste le noyau, la source de tant de recherches qui plongent en elle leurs racines et qui, souvent, l'avouent. L'art de la perspective, la justesse du mot, le charme du style, le sens de l'image l'ont préservée des rides.
    C'est à cela que se reconnaît le chef-d'oeuvre. " Robert Fossier

  • De 1944, date de sa mort héroïque, au début des années soixante-dix, marc bloch est surtout apparu comme le cofondateur (avec lucien febvre) de la revue annales, qui renouvela la méthode historique, et l'auteur d'une grande synthèse, la société féodale (1939-1940).
    Depuis une dizaine d'années les historiens et les chercheurs en sciences humaines et sociales pensent de plus en plus que le grand livre de marc bloch, c'est son premier vrai livre : les rois thaumaturges (1924).
    Il est consacré à l'étude d'un rite curieux : la guérison miraculause, par simple toucher des mains, des écrouelles ou scrofules (adénite tuberculeuse). l'attribution de ce pouvoir aux rois de france et d'angleterre remonte probablement au xiiè siècle ; elle va durer en angleterre jusqu'au début du xviiiè siècle, en france jusqu'en 1825, date du sacre de charles x.

    Comment se déroulait le rituel du toucher royal ? quelle était la vraie nature du pouvoir monarchique : les rois étaient-ils des personnages sacrés, des sorciers faiseurs de miracles ? pourquoi enfin a-t-on cru puis cessé de croire au miracle royal ? trois questions qui ont amené marc bloch à explorer les chemins de la psychologie collective, des rites et des mythes, des croyances populaires. pour éclairer le phénomène, il a eu recours à l'anthropologie et à son plus grand théoricien d'alors, frazer, au comparatisme avec les sociétés les plus diverses, aux arcanes de la médecine populaire traditionnelle.
    C'est un jalon essentiel dans l'exploration des mentalités et l'invention d'une anthroplogie historique.
    Dans son importante préface, jacque le goff s'efforce de préciser les raisons personnelles et les milieux intellectuels qui ont amené marc bloch a écrire ce livre exceptionnel, gros d'avenir, puis à abandonner cette voie, et fait le point sur la situation des rois thaumaturges dans la recherche historique et anthropologique aujourd'hui, dont ce livre est l'un des phares.

  • Rédigé en 1921, au lendemain du premier conflit mondial, cet essai expose la manière dont naissent et se propagent les rumeurs et les fausses nouvelles de la guerre et, bien sûr, la façon dont elles sont sciemment fabriquées et exploitées. Marquée par l'exigence de pluridisciplinarité de l'auteur dans d'autres domaines, cette leçon de méthodologie historique apparaît indispensable à l'heure où la désinformation constitue l'une des principales armes de la guerre moderne.

  • Cofondateur, en 1929, de la revue Annales, le grand historien Marc Bloch fut une des victimes de Klaus Barbie. Fusillé le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans (Ain), près de Lyon, il laissait inachevé un ouvrage de méthodologie, Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien - sous-titré dans son plan le plus ancien ou Comment et pourquoi travaille un historien -, qui fut publié en 1949 par Lucien Febvre.  Avec la publication de cette nouvelle édition de l'ouvrage posthume de Marc Bloch, son fils aîné, Etienne Bloch, nous livre aujourd'hui le texte dans son intégralité et sans modification aucune. En effet, Lucien Febvre n'avait pu disposer, au lendemain de la guerre, de tous les manuscrits et avait, par ailleurs, procédé à quelques remaniements.  C'est dire combien cette édition est capitale : on y découvrira l'oeuvre dans sa forme intégrale, le travail d'un historien affirmant l'intérêt de l'histoire, légitimant une science historique, définissant des pratiques, des objectifs, une éthique, son « métier ».  On y redécouvrira aussi la modernité de cette réflexion, du regard porté sur l'histoire, cette « science en marche », cette « science des hommes dans le temps», grâce auquel se fonde l'espoir que «les sociétés consentiront enfin à organiser rationnellement, avec leur mémoire, leur connaissance d'elles-mêmes ».

  • Un recueil de documents divers relatifs à la participation à la première guerre mondiale de l'historien marc bloch : carnets de guerre, souvenirs de guerre (publiés aux annales), documents manuscrits, iconographie.
    L'action. vers l'arrière. écrire la guerreoe travail de l'historien.

  • Depuis le milieu du XIXe siècle, en Allemagne puis en Angleterre, l'histoire rurale s'est affirmée comme une discipline originale. En France, il faut attendre Marc Bloch, et ses Caractères originaux de l'histoire rurale française (1931), pour qu'un ouvrage fondamental soit enfin consacré à l'histoire des nos structures agraires. Pour la première fois, un historien a su réunir les apports de l'archéologie, de la linguistique, de l'histoire et de la géographie pour construire une série d'hypothèses générales et orienter des recherches nouvelles. Il décrit une France répartie en trois grands types de paysages ruraux et de civilisations agraires : l' « open field » au nord de la Loire, le « type méridional » au Sud, le bocage à l'Ouest ; et il montre comment cette tripartition fondamentale s'est maintenue jusqu'à nous.Les travaux qui, depuis plus d'un demi-siècle, sont venus affiner cette vue d'ensemble n'ont pas remis en question sa portée générale. Les Caractères originaux de l'histoire rurale française ont ainsi fait plus que marquer une étape décisive de notre historiographie. Ils demeurent cette synthèse irremplacée qui n'a rien perdu de son charme, de la justesse de ses perspectives essentielles et de son pouvoir de suggestion : ils sont devenus un classique vivant.L'essai de Pierre Toubert, qui introduit cette réédition, restitue la genèse de ce grand livre, en situe la portée et en explique la longue postérité.

  • Des Rois thaumaturges à La Société féodale, des Caractères originaux de l'histoire rurale à L'Etrange Défaite, Marc Bloch (1886-1944) a construit une oeuvre imposante, exigeante, ambitieuse, renouvelant en profondeur les conditions d'exercice du métier d'historien. Ces Mélanges historiques, vaste recueil d'articles réunis par ses disciples et publié pour la première fois en 1963, éclairent l'évolution d'une pensée toujours en mouvement, rompant avec les vieux schémas de l'histoire événementielle pour accoucher d'une méthode novatrice, attentive à la longue durée, aux mentalités collectives, aux structures économiques et sociales. C'est d'abord et surtout en médiéviste que Marc Bloch, de sa culture encyclopédique, embrasse ici des domaines aussi variés que l'histoire du servage, les transformations de la vie rurale, les conséquences sociales de l'invention du moulin à eau ou l'évolution des rites de la cour royale. Une histoire vivante, sensible, charnelle, dont se réclameront Fernand Braudel, Ernest Labrousse, Emmanuel Le Roy Ladurie et Alain Corbin. L'oeuvre d'un historien majeur du XXe siècle, lu et commenté dans le monde entier.

  • Les Caractères originaux restent la voie d'accès majeure à la compréhension des civilisations agraires dans leur genèse, leurs éléments structuraux et leurs marges vivantes d'interférence.
    Mais ce livre n'était pour Marc Bloch qu'une synthèse provisoire. Bien des articles, antérieurs ou postérieurs à la publication, sont nécessaires pour connaître les nuances apportées à ses premières thèses et les nouveaux domaines qu'il entendait explorer.
    Le présent ouvrage rassemble ces travaux, déjà publiés dans différentes revues mais quasi introuvables, ainsi que le cours inédit professé par Marc Bloch à l'Ecole normale supérieure de Fontenay-aux-Roses en 1938, ou " Comment écrire l'histoire d'un village ".
    Six grandes divisions permettent ainsi de suivre la progression d'une recherche sur les instruments d'investigation, les régimes agraires, les villages, la Révolution agricole, les études régionales, les problèmes d'ensemble.
    Comme l'écrit Emmanuel Le Roy Ladurie dans sa préface, "on a quelquefois relégué l'intérêt intellectuel porté à la terre et aux paysans dans le placard des vieilles lunes vichystes.
    L'oeuvre de Marc Bloch se présente comme la preuve vivante d'une situation tout à fait contraire : l'histoire paysanne est chez lui l'expression même des pensées d'un homme de progrès, à la fois résistant et patriote, historien de génie, héros charismatique de la France d'hier ou d'aujourd'hui, et de l'Europe de demain."

  • Les fausses nouvelles, dans toute la multiplicité de leurs formes - simples racontars, impostures, légendes - ont rempli la vie de l'humanité.
    Comment naissent-elles ? de quels éléments tirent-elles leur substance ? comment se propagent-elles, gagnant en ampleur à mesure qu'elles passent de bouche en bouche ou d'écrit en écrit ? nulle question plus que celles-là ne mérite de passionner quiconque aime à réfléchir sur l'histoire.

empty