Arts et spectacles

  • Je suis le fils d'un salopard qui m'aimait. Mon père était un marchand de meubles qui récupéra les biens des juifs déportés. Mot par mot, il m'a fallu démonter cette grande duperie que fut mon éducation. A vingt-huit ans, j'ai connu une première crise de délire, puis d'autres. Je fais des séjours réguliers en hôpital psychiatrique. Pas sûr que tout cela ait un rapport, mais l'enfance et la folie sont à mes trousses. Longtemps je n'ai été qu'une somme de questions. Aujourd'hui, j'ai soixante-trois ans, je ne suis pas un sage, je ne suis pas guéri, je suis peintre. Et je crois pouvoir transmettre ce que j'ai compris. G . G.

    Un livre qui a la puissance d'un roman, traversé par l'antisémitisme, les secrets de famille, l'art, la folie et l'amour. Un autoportrait bouleversant.

    La voix est juste, la langue magnifique, le livre renversant. Olivia de Lamberterie, Elle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Aujourd'hui, la créatrice iconoclaste dévoile ses cartes.

  • Après L'Intranquille (avec Gérard Garouste), Judith Perrignon signe un nouveau récit à l'Iconoclaste.

    Sonia Rykiel est une icône de la mode.
    En mai 68, elle crée sa marque avec l'envie de libérer les femmes des diktats de l'époque. Le succès est immédiat.
    Elle règne sur le quartier Saint Germain des Prés à Paris et est connue dans le monde entier.
    Il y a 15 ans, elle apprend qu'elle est atteinte de la maladie de Parkinson.
    Longtemps, elle a voulu le cacher, enfouir ses mains qui tremblaient dans ses poches. Pour la première fois, elle décide d'en parler. D'où ce portrait, fait de confidences et de mensonges, qui interroge la beauté, la séduction, le temps qui passe, la fragilité de la femme.

    Le portrait d'une reine de mode, d'une rebelle, d'une séductrice.

    « Sonia Rykiel avait lu L'Intranquille et pensait que je pouvais l'aider. J'ai questionné l'enfance, la maternité, les hommes, le désir absolu de plaire. J'ai deviné sur le dessus une femme enviée et comblée et au dessous totalement déchirée. Je me suis installée entre elle et son personnage. »

empty