Policier

  • La part du mort

    Yasmina Khadra

    En voulant empêcher la justice algérienne de gracier un dangereux psychopathe, le commissaire Llob va devoir se plonger dans l'histoire tragique de son pays et remonter jusqu'à cette nuit du 12 au 13 août 1962, où furent massacrées des familles de harkis.
    S'enchaînent alors manipulations, meurtres et intimidations jusqu'à la révélation de l'enjeu véritable de ce complot diabolique. A travers ce roman terrible et fascinant, Yasmina Khadra poursuit son implacable autopsie de la société algérienne.

  • En 1856, la comtesse de Castiglione, beauté fatale d'origine italienne, s'apprête à faire une entrée spectaculaire au grand bal des Tuileries, devant le couple impérial. Depuis son arrivée à Paris, elle est réputée pour faire et défaire la mode féminine au gré des caprices vestimentaires les plus extravagants. Mais ce soir-là l'enjeu est capital, car elle a pour mission de conquérir le coeur de Napoléon III.
    Ebloui par la plus audacieuse robe à crinoline qu'on ait jamais vue, l'empereur succombera en effet aux charmes de cette déesse vivante. Sept ans plus tard, un jeune officier de police, Dragan Vladeski, découvre sur un chantier le corps d'une femme égorgée, portant une robe identique à celle de la comtesse le soir de son triomphe. Bientôt, d'autres cadavres, vêtus de façon similaire, surgissent aux quatre coins de la ville.
    Aidé par la délicieuse Eglantine, une des " petites mains " ayant participé à la fabrication du modèle original, Dragan tente de percer le mystère de ces assassinats. Une robe, aussi mythique soit-elle, peut-elle être à l'origine d'une série de meurtres effroyables ? Sur fond de rénovation urbaine, dans une capitale éventrée par le percement des grands avenues haussmanniennes, La Mort s'habille en crinoline décrit avec minutie ce moment charnière qui fit basculer les Parisiens dans la modernité.
    Une époque qui, en libérant peu à peu le corps des femmes, rendit obsolète toute une constellation de petits métiers, telles ces innombrables couturières et modistes qui, pour travailler dans des conditions éprouvantes, n'en étaient pas moins de véritables artistes. L'intrigue s'inspire de personnages réels, comme la comtesse de Castiglione et le photographe Pierson qui livra d'elle des portraits considérés comme les premières photographies de mode.
    Grâce à cet admirable travail de reconstitution, Jean-Christophe Duchon-Doris nous offre un roman policier captivant, écrit dans une langue somptueuse et raffinée, à l'image de ces tenues flamboyantes, souvenirs lointains d'une gloire révolue.

  • La domination du monde

    Denis Robert

    • Julliard
    • 26 Janvier 2006

    Klébert, un journaliste indépendant, propose un pacte à son meilleur ami psychanalyste : écrire à sa place son enquête sur la Shark Company, et révéler, sous la forme d'un roman, les outils et les méthodes que sont capables d'inventer les grands financiers de ce monde pour dissimuler les traces quotidiennes de leurs transactions illégales. Sur fond d'un scandale financier qui a réellement eu lieu en 2002 (l'affaire de la banque luxembourgeoise Clearstream), et dont il a été le déclencheur, le journaliste Denis Robert a bâti un palpitant roman d'investigation. À travers cette mise en abîme de sa propre expérience, Denis Robert s'interroge : en tant que journaliste, jusqu'où peut-on aller pour dire la vérité ? En tant que romancier, jusqu'où peut-on être cru oe

  • Le thème du train, de l'itinéraire et du voyage répercuté par 25 nouvelles criminelles signées par les grands représentants de la formule policière.

  • Il y a, c'est bien connu, potions et potions. Les premières peuvent être douces, agréables, enivrantes, si ce n'est tout à fait magiques. Quant aux secondes... on les absorbe et, presque aussitôt, on a l'impression que l'univers entier va à la dérive. A croire que ces breuvages-là contiendraient quelque méchante drogue. Pour ne pas dire un horrible poison.
    Dans cette anthologie, on ne trouvera que des préparations suspectes concoctées par quelques-uns des meilleurs spécialistes de la littérature criminelle, tels qu'Ellery Queen, Robert Bloch, Fredric Brown, Miriam Allen DeFord ou l'immense Isaac Asimov. Sans oublier deux ou trois auteurs-surprise comme Claude Chabrol ou Evelyn Waugh lui-même.
    Autant dire que Potions rouges est un livre des plus excitants. A consommer, bien entendu, avec modération.

  • Toutes les histoires réunies dans la présente anthologie mettent en scène des enfants. Mais ce sont des enfants assez singuliers : les uns sont les dignes éleves de Sherlock Holmes ou du commissaire Maigret, les autres de dangereux assassins. Et quand certains jouent à des jeux interdits, ils rivalisent d'ingéniosité macabre et d'horreur. A croire que le temps de l'innocence serait aussi celui de tous les dérèglements.
    On retrouvera ici les meilleurs auteurs de la littérature policière et quelques monstres sacrés du fantastique : Richard Matheson, Ray Bradbury, Edward Hoch, Ellery Queen, Philip K. Dick, Arthur Machen, Roland Tapor, Hervé Jaouen.. Et même Alexandre Dumas en personne avec une nouvelle criminelle des plus stupéfiantes. Le malheur vient à l'homme du fait qu'il a été un enfant, écrivait Simone de Beauvoir. Avec les filles et les garçons qui traversent ce livre, on en a les preuves.

  • Walther et moi

    Frédéric Lasaygues

    Paul Behant, lui, ne sait que faire de cette troublante découverte. Sa mère, qui lui reproche déjà vertement de l'avoir placée dans une maison de retraite, refuse absolument d'expliquer la présence d'un magnifique Walther PPK dans une de ses vieilles malles. Né dans les années 1950, Paul s'aperçoit qu'il ne sait rien de la vie de cette femme pendant la guerre. Il la croyait jeune épouse et mère d'une première petite fille, tentant, comme tous les Français, de survivre dans cette période difficile. Propriétaire désormais de ce magnifique revolver pour lequel il se prend d'un véritable attachement, Paul veut absolument découvrir la provenance de cette arme. À la mort de sa mère qui, jusqu'à son dernier souffle, refuse de s'expliquer, il décide d'en avoir le coeur net. Sa seule autre piste se trouve dans les cartes postales sibyllines qu'un célèbre alpiniste envoyait à la défunte chaque fois qu'il gravissait un sommet prestigieux. Paul part à la recherche de cet homme. Plus il en apprend sur la jeunesse de sa génitrice, plus il se persuade que cette femme - si gentille, si tendre, si drôle - a probablement vécu une terrifiante histoire d'amour qui a fait d'elle une meurtrière... Entre humour, tendresse et vertige existentiel, Walther et moi est un bel exemple de comédie à tiroirs qui n'évite pas les sujets graves.

  • " Desperate Housewives ", " Les sopranos "... Si les coffrets DVD des séries cultes sont à la mode, il faudra cette année compter avec un nouveau cadeau incontournable sous les sapins : le coffret de la première " série littéraire " jamais publiée en France.
    Trois premières saisons, trois succès (déjà près de 100 000 exemplaires vendus avec les deux premiers volumes) réunis dans un superbe coffret, pour les fans de la série ou ceux qui veulent la dévorer sans souffler, épisode par épisode.
    En appliquant à la littérature les codes de la série télé (l'attente, le suspense, etc.), Philippe Djian a réussi son audacieux pari.
    Parce qu'il sait comme personne raconter l'histoire de cette famille décadente, on ne peut que devenir " accroc " à la dernière innovation de l'auteur phare, le plus américain de la littérature française. Parce qu'il est maître dans l'art de peindre des personnages pathétiquement humains, et du jeu pervers des désirs, il nous attache malgré nous à un groupe d'individus aussi ordinaires que détraqués, dont le destin est aujourd'hui devenu aussi important que le nôtre (ou presque !).
    Extravagante, déjantée, désopilante... Pas un jour ne se passe sans que nous mourions d'envie de connaître la suite des aventures de la famille Sollens.

  • Où l'on verra, en cette année 1701, Guillaume de Lautaret monter à Paris en compagnie de son indomptable fiancée, la sublime Delphine d'Orbelet.
    Où l'on verra Mme d'Orbelet mère jetée à la Bastille, dans qu'on puisse savoir pour quelles raisons Louis XIV fait subir à une femme aussi noble un sort aussi cruel. Où l'on verra Delphine sauter à demi nue d'une des fenêtres du château de Versailles pour échapper à la lubricité de jeunes aristocrates débauchés. Où l'on apprendra que le chevaliez d'Orbelet a quitté sa femme et sa fille, quinze ans plus tôt, pour suivre Cavelier de La Salle dans son exploration du Mississippi.
    Où l'on se rappellera que le Mississippi est un fleuve gigantesque qui traverse du nord au sud tout le continent nord-américain. Où l'on apprendra que le chevalier d'Orbelet est suspecté d'avoir occis Cavelier de La Salle. Où l'on verra Guillaume s'embarquer vers les Amériques pour prouver l'innocence de son futur beau-père, sans savoir, que sa fiancée s'est glissée sous un déguisement sur ce même navire.
    Où l'on verra enfin, après de nombreuses et terrifiantes aventures, le pur amour de nos héros triompher des turpitudes infâmes que sont capables d'inventer les hommes pour assouvir leur appât du gain et leur soif de pouvoir.

  • L'histoire se passe dans la cuisine... Suffit-il, en géopolitique, de grands stratèges pour décider l'ordre du monde ? Un bon cuisinier peut s'avérer être un redoutable officier de l'ombre... Le congrès de Vienne de 1814 - et ce roman - le prouvent !
    Au printemps 1814, les puissances qui ont enfin vaincu Napoléon se réunissent à Vienne pour se partager l'Empire. Deux cents délégations, des milliers de participants, une quinzaine de souverains s'installent dans la somptueuse capitale autrichienne. L'affaire semble devoir se jouer entre la Russie, la Prusse, l'Angleterre et l'Autriche, mais un génie de la diplomatie va renverser les pronostics. Le Français Talleyrand devient l'arbitre des négociations. Pour circonvenir les plus réticents et les étourdir dans les fastes et les plaisirs, il engage le meilleur cuisinier de son temps : Marie-Antoine Carême (dit Antonin).
    L'assassin est dans la cuisine... Antonin Carême, cuisinier des rois et roi des cuisiniers, est accusé d'un meurtre abominable, avant de prendre en main les rênes d'une intrigue policière diabolique.
    Un nommé Maréchal est sauvagement assassiné à quelques centaines de mètres de la résidence d'un proche de Napoléon. L'enquête de la police autrichienne aboutit dans les cuisines de la résidence de Talleyrand, où Maréchal était employé. Tous les éléments convergent sur un suspect, a priori, insoupçonnable. Carême a-t-il tué Maréchal ? Le cuisinier proteste de son innocence. Enfermé dans sa cuisine sous ordre de Talleyrand qui a besoin de lui jusqu'à la fin du Congrès, il propose même au grand enquêteur Janez Vladeski de suivre cette affaire. Fils d'un prince et d'une Tzigane, policier atypique, Janez est intelligent, très indépendant, séducteur, il charme autant qu'il inquiète. Entre les deux hommes se tisse une estime profonde...


empty