Pu De Dijon

  • Cette publication se présente comme le premier ouvrage académique en langue française consacré à la formation mythique fondée par Jimmy Page en 1968, Led Zeppelin. Les contributions sont organisées autour de trois axes : contexte, analyse et réception. Le contexte, abordé comme une sorte d'introduction à l'oeuvre explore les sources folk et blues qui ont nourri la musique du groupe tandis que la troisième partie doit être lue comme sorte de Coda explorant la « présence » de Led Zep dans les musiques populaires d'aujourd'hui. Une part importante est consacrée à l'analyse et, en particulier, à une analyse se concentrant sur le sonore et l'espace acoustique des enregistrements du groupe. Destiné à un public de spécialistes, cet ouvrage s'adresse également à toutes celles et ceux qui souhaitent découvrir et comprendre les processus de création des interprètes de Stairway to Heaven.

  • La Commune de 1871 Nouv.

    La Commune de 1871

    Stephane Gacon

    Le 150ème anniversaire de la Commune de Paris a été l'occasion d'une intense activité éditoriale qui a souligné l'importance historique de l'événement. Au-delà des habituels ouvrages militants, les travaux les plus récents ont permis de mieux comprendre que la Commune fut un événement à dimension nationale et qu'elle fut une formidable expérience de démocratie directe dont l'écho fut mondial. Cet ouvrage s'interroge sur le rapport entre mémoire et histoire et sur la manière dont la Commune, peut encore « parler » à une société comme la nôtre dont le désarroi politique est patent. Il propose de revenir sur la persistance d'une mémoire clivante et lance un appel à enseigner la Commune qui lègue à l'avenir un faisceau d'idéaux qui, s'ils furent momentanément réprimés, ont nourri une alternative qui résonne encore aujourd'hui dans notre monde saisi par le doute.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Ce manuel d'initiations à la sociologie ne consiste ni à refaire une histoire des « grands » auteurs, ni à retracer et dérouler une histoire des idées. Il sensibilise en effet à la sociologie en partant de questions simples et directes que se posent beaucoup de nos contemporains, à commencer par celles relatives à la famille, l'identité, la culture ou encore aux utopies, aux générations, au numérique et au genre.
    Il propose en outre un petit vade mecum théorique pour s'y retrouver dans la galaxie des courants de pensée sociologiques afin de comprendre les différentes façons avec lesquelles les sociologues regardent et pensent la société.

  • C'est parce que nous éprouvons un besoin et un désir irrépressibles de savoir, mais que les ressources de notre entendement sont trop limitées pour satisfaire pleinement ces attentes, que nous avons souvent recours à des opinions incertaines, ou croyances, pour guider notre existence. Toutefois, celles-ci ne se présentent pas comme un ensemble homogène et stable, mais plutôt comme un dégradé d'assertions : des plus mesurés aux plus douteuse, voire aux plus absurdes ; des plus prudentes aux plus dogmatiques, des plus argumentées aux plus péremptoires. Avant d'être des options discutables, les croyances répondent à une exigence vitale : celle de disposer de critères pour juge r et agir en conséquence. Cet essai analyse successivement la pluralité des manifestations des croyances, leurs significations, les conditions de leur élaboration et de leur stabilisation, leurs liens avec la vérité et la véracité. Pour terminer, il en examine les propriétés.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Ce volume propose aux candidats un article sur chacune des oeuvres inscrites au programme de l'agrégation (externe et interne) de lettres modernes 2022 : la littérature française du Moyen-Âge au XXe siècle - La Mort du roi Arthur, Les Regrets, Le Songe et Les Antiquités de Rome de Du Bellay, les Contes de Perrault et les Contes de fées de Madame d'Aulnoy, La Nouvelle Héloïse de Rousseau, Cyrano de Bergerac de Rostand, et Le Mur de Sartre ; les deux questions de littérature comparée - « Formes de l'amour. Sonnets de la modernité » et « Fictions animales » ; enfin le cinéma - Fenêtre sur cour d'Hitchcock.
    Chaque article est rédigé par un spécialiste de l'auteur ou de la question et développe un point essentiel à la compréhension des enjeux des oeuvres étudiées.
    Par l'exhaustivité et le sérieux de son contenu, ce volume constitue un outil indispensable pour la préparation du concours de l'agrégation de Lettres modernes 2022.

  • Identités de l'artiste : pratiques, représentations, valeurs Nouv.

    Le personnage de l'artiste fait toujours rêver mais sa figure, sacralisée depuis l'âge romantique en Occident, comme sa réalité ont évolué. Son identité peut être critiquée, démystifiée, voire déconstruite.
    Cet ouvrage pluridisciplinaire, qui réunit des chercheurs ou artistes-chercheurs en lettres, langues, arts, design et philosophie, interroge sous l'angle tant esthétique que politique l'identité de l'artiste comme une construction historique, culturelle et sociale. Il articule les questions de l'identité et du pouvoir de l'artiste à celles des formes de l'art, à travers les problématiques très actuelles de la représentation de soi, du genre, de l'art militant ou de la recherche-création. En traversant des Lumières à nos jours ses identités multiples, une vingtaine d'études explorent les représentations dont l'artiste fait l'objet dans les oeuvres ainsi que les stratégies, les discours ou les pratiques qu'il ou elle peut investir pour être ou exister, les valeurs, enfin, qui lui sont associées dans nos sociétés.

  • Les « Études transatlantiques », initialement centrées sur les relations diplomatiques, se sont ouvertes depuis deux ou trois décennies aux questions culturelles. Ce volume participe de cette ambition en scrutant les circulations musicales transatlantiques, essentiellement durant la seconde moitié du vingtième siècle, des Beatles au punk, alors même que les États-Unis s'imposent comme la principale puissance mondiale. Les dix-huit études de cas proposées, issues de traditions disciplinaires différentes, mais toutes sensibles à l'inscription historienne des processus étudiés, présentent plusieurs spécificités communes : la priorité accordée à l'analyse des musiques populaires (rock, pop, jazz, variétés, comédies musicales...), une attention soutenue au rôle des acteurs et l'intérêt pour les dispositifs culturels d'organisation et de médiation de toutes sortes.

  • La mutation féodale est un débat qui divise l'historiographie depuis des décennies. Les juristes voient dans l'an mille une entrée brutale dans la féodalité alors que les historiens rejettent toute idée de rupture, si bien que le dialogue semble impossible entre les deux disciplines. L'essai que voici livre une réflexion nouvelle sur ce célèbre débat et, au prisme de l'histoire des mentalités, propose une conciliation entre les deux grandes écoles.

  • Flaubert aux prises avec le « genre » propose une approche nouvelle et actualisée de l'oeuvre et de la vie du grand romancier du XIXe siècle. L'essai s'inspire des études féministes, de la théorie du « genre » (gender) et de la théorie queer. Ce n'est pas un ouvrage savant, il s'adresse au grand public, auquel il fait revisiter Flaubert selon une démarche qui veut rendre le sujet accessible. Quel était le rapport de Flaubert aux femmes, à la binarité, à la domination masculine ? Était-il conscient du caractère « genré » de la vie sociale ? Comment le « genre » s'inscrit-il dans des fictions telles que Madame Bovary, L'Éducation sentimentale, Un coeur simple ? Quels effets cette inscription y produit-elle ? Des analyses de certaines pages de ses romans alternent avec des citations tirées de ses lettres, toujours dans le respect du contexte historique. Il ressort de ce parcours qu'en ce début de XXIe siècle, Flaubert nous parle encore.

  • Cet essai donne à voir à travers des enquêtes de terrain et des analyses plus théoriques le virage numérique radical pris par la communication politique française et étrangère depuis environ dix ans. À partir de l'étude de campagnes électorales s'étant déroulées aussi bien en France qu'au Canada et en Roumanie et s'échelonnant sur plusieurs années de 2012 à 2019, le livre d'Alexandre Eyries s'attache à montrer les utilisations stratégiques faites par les hommes et les femmes politiques de la plateforme de microblogging dans le cadre de séquences électorales ou encore dans l'exercice du pouvoir. Cet ouvrage s'intéresse à la communication numérique d'influence sur Twitter qui offre aux dignitaires politiques la possibilité d'être lus, repris, commentés, retweetés et de dialoguer sans intermédiaire avec les citoyens dans le cadre d'une démocratie directe fortement idéalisée.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Faut-il faire disparaître les avions ? La crise sanitaire de 2020 a bouleversé le fonctionnement des compagnies aériennes et des aéroports, dont le trafic a fondu de plus de 90% en quelques jours et ne se relève que lentement. Ce pourrait être l'occasion de repenser l'organisation d'un secteur vital de l'économie mondiale (tourisme, déplacements d'affaires, fret aérien...) et locale (rôle d'entraînement des aéroports pour les aires métropolitaines). Cet ouvrage aborde plus d'un siècle d'aviation, de

    En stock

    Ajouter au panier
  • Cet ouvrage est le fruit d'une journée d'études organisée à l'Ecole Normale Supérieure, réunissant une dizaine de chercheurs, linguistes et stylisticiens, autour de la langue de Léonor de Récondo, écrivaine plusieurs fois primée, et violoniste de talent. On découvre, à travers une prose musicale, d'une sobriété toute classique, le charme d'une écriture incarnée, conjuguant l'esprit à la chair par l'entremise du Verbe et de la Figure, ainsi que la profondeur d'un style qui plonge au coeur des êtres et du temps, comme une échappée belle aux deuils irréparables de la vie. Car au-delà de la figuration, par la manière dont s'efface le travail du texte, le style de Léonor de Récondo sait laisser place à une forme d'évidence, réfléchissant la beauté du monde sensible, qu'elle invite à contempler et à « palper ».

  • De grands écrivains, essayistes, poètes ou philosophes ont consacré de très belles pages à la poétique de la ville. Ils y ont décrit avec toute leur sensibilité des scènes urbaines les ayant touchés, parfois inspirés. Pour l'urbaniste rêvant de contribuer, même modestement, à l'évolution heureuse et harmonieuse de sa cité, il est intéressant de se référer à ces oeuvres.
    Plusieurs thèmes sont fréquemment abordés dans cet ouvrage : le temps - la géographie, le site - les saisons, la météo - l'appropriation, la chaleur humaine - l'enfance - la politique, l'utopie - la richesse et la diversité spatiale - les parcours. Pour chacun de ces sujets se dégagent des ressorts de la perception poétique de la ville. Les identifier offre des pistes de recherche dont les projets d'urbanisme ou d'architecture pourraient s'emparer.

  • Cet ouvrage évoque la figure «mythique» de Beethoven aussi bien au cinéma (en tant que «personnage» ou bien sous l'angle de sa musique) que dans la chanson. Il propose ainsi une histoire culturelle des appropriations, des passions et des mythes beethoveniens car chacune et chacun pourrait dire que sa perception d'une pièce composée par Beethoven dépend des conditions particulières dans lesquelles il ou elle l'a entendue pour la première fois. Ainsi la figure écrasante du grand compositeur se retrouve démultipliée en une série de figures moins imposantes, plus singulières mais aussi plus proches de l'histoire quotidienne des individus replacés dans leur société. S'esquisse ainsi une série de micro-histoires de l'écoute. Le rapport individuel à l'oeuvre est ainsi l'objet complexe d'une histoire des recompositions successives d'un mythe beethovenien qui passe par des constructions de récits, d'images mais aussi par des pratiques musicales.

  • Cet ouvrage rassemble des contributions d'enseignants-chercheurs et de praticiens de la littérature et du théâtre autour d'une réflexion à plusieurs voix sur les liens constants entre ces deux actes de transmission a priori si éloignés l'un de l'autre : la représentation théâtrale et l'enseignement.
    Cette réflexion croise entre elles les questions posées par l'enseignement du théâtre, par la pratique d'un théâtre jeune public, et par le recours au théâtre comme matériau d'enseignement et de formation.
    On apprend toujours quelque chose du théâtre, au sens où le théâtre est un objet d'étude riche et constamment investi, au sens également où le théâtre est un outil non négligeable de l'enseignement et de l'éducation en général.

  • Médecine, langage et narration Nouv.

    Prendre soin du langage qui raconte le soin c'est encore soigner. C'est soigner les corps blessés, soigner les âmes meurtries. C'est aussi prendre soin des soignants eux-mêmes. Il ne s'agit pas d'un manuel pour « bien vivre » malgré la maladie, mais plutôt d'un recueil d'expériences multiples rapportées par des professionnels d'horizons divers lors de deux colloques. Il porte pour les soignants sur les façons de dire « la vérité au malade » et pour les soignés d'entendre cette « vérité ». Il rappelle que la médecine n'est pas seulement une suite de gestes techniques, mais aussi une posture d'écoute et d'attention. Il souligne précisément l'intérêt et la portée de la médecine narrative. La parole du malade est forte et ouverte à l'extériorité. Elle l'accompagne dans son parcours de soin. Le récit n'est pas qu'un élément diagnostic ! Il ouvre une constellation biographique là où l'on tend à réduire la maladie au biologique et au fonctionnel.

  • Les nombreux discours et savoirs qui accompagnent aujourd'hui notre alimentation font l'objet d'une pluralité de travaux et d'expertises. Ancré dans les sciences de l'information et de la communication, cet ouvrage interroge et apporte des éclairages quant aux savoirs qui entourent notre alimentation.
    Sont alors décryptées des questions liées aux savoir-faire et aux pratiques en amont de la chaîne agro-alimentaires, des savoirs mobilisés par les chefs, des savoirs et des questionnements liés à la transparence, à l'éthique, au patrimoine, aux dimensions sanitaires et nutritionnelles. Ainsi, les contributions scientifiques s'enrichissent par les analyses et les regards des professionnels. Au final, plusieurs perspectives et clés de lecture sont explorées pour comprendre ce que l'on mange aujourd'hui et les savoirs qui accompagnent notre alimentation.

  • Cet ouvrage autour de la relation entre danse et politique croise les méthodes (recherche en danse, en études théâtrales, en esthétique, en histoire et en études de genre), les formats (analyses d'oeuvres, entretiens, panoramas historiques) et les perspectives théoriques proposant une approche délibérément interdisciplinaire, voire transdisciplinaire. Au croisement de la recherche en Arts du spectacle et en Sciences Sociales, en prise avec l'actualité contemporaine de la recherche et des sociétés, il fait le choix d'aborder la politicité de la danse à travers une perspective esthético-politique ancrée plus particulièrement dans les études de genre, les théories queer et les études post-coloniales. L'ouvrage est organisé selon 3 parties équilibrées mettant en évidence l'empan et les axes de la réflexion développés.
    L'introduction, en forme d'essai, annonce la problématique en s'appuyant sur un nombre substantiel de travaux antérieurs sur la question faisant désormais autorité dans ce domaine.

  • La pandémie de la covid-19 a été l'occasion de revisiter l'intérêt, la force critique et la portée d'étayage des acteurs de l'éthique médicale, au sens large, dans sa dimension clinique comme dans sa dimension d'éthique de la recherche. Une crise offre la douloureuse opportunité de révisiter les grands principes éthiques et l'actualité de l'éthique au chevet du malade. Autour des grands domaines que sont le système de soin, l'éthique en contexte, la question des personnes vulnérables (personnes âgées, en réanimation, pédiatrie), les relations entre santé et environnement et des soins du corps des défunts, cet ouvrage se propose de mobiliser des soignants et des auteurs de SHS engagés autour de l'Espace de réflexion éthique de Bourgogne Franche Comté, qui furent biographiquement et intellectuellement confrontés à l'irruption de cette crise

  • L'ouvrage Le Congrès de Tours propose une synthèse sur le 18e Congrès national de la SFIO qui voit la naissance il y a 100 ans, en décembre 1920, de la SFIC (le futur PCF). Revenant sur les enjeux du Congrès dans la suite de la Première Guerre mondiale et des révolutions russes, l'ouvrage propose un récit qui met en scène les différents protagonistes de la scission du parti socialiste né peu de temps auparavant sous l'égide de Jean Jaurès en 1905. Au-delà des figures connues comme Léon Blum, Jean Longuet, Marcel Cachin ou Louis-Oscar Frossard, on retrouve les militantes et militants délégués au congrès. Il s'agit également d'observer ce Congrès dans un contexte national, mais aussi international afin de comparer ce qui se passe en France par rapport aux autres partis socialistes européens et/ou mondiaux. Enfin, l'ouvrage insiste sur la mémoire du Congrès, mémoire forgée au sein des deux camps SFIO et SFIC ou chez les frères ennemis.

  • Cet ouvrage répond à plusieurs objectifs : présenter la méthodologie du commentaire de texte à des étudiants en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences de l'éducation, histoire) mais aussi confronter directement les étudiants aux textes d'auteurs majeurs. Outre l'intérêt méthodologique, les textes présentés proposent une histoire épistémologique et méthodologique de la sociologie et de l'anthropologie, en suivant un parcours chronologique de l'histoire de ces disciplines.

  • Des lendemains de la Seconde guerre mondiale à l'implosion de l'Empire soviétique, la culture, à l'échelle du monde occidental, Etats-Unis et Europe occidentale, enregistre de profondes mutations liées notamment aux évolutions technologiques. La montée en puissance des industries culturelles et des médias de masse - radio et cinéma ; la télévision surtout - interfère sur la création, la circulation et l'appropriation des formes et objets culturels. Le plus grand nombre, non sans écarts dans le temps et dans l'espace, en fonction de son origine sociale aussi, a désormais accès à la culture.
    De Bob Dylan à Pink Floyd, du livre de poche à la bande dessinée, des festivals aux grandes foires de l'art contemporain, de la censure politique aux politiques culturelles, de l'américanisation au Soft Power des principales puissances, du sport au patrimoine... C'est une quarantaine de questions abordées sous la forme d'un texte de synthèse et d'un dossier documentaire que propose cet ouvrage pour mieux appréhender la diversité des cultures du monde occidental.

  • « La grandeur de l'homme réside dans sa décision d'être plus fort que sa condition. » Né en 1913 à Mondovi, dans un domaine agricole situé en Algérie Française, Albert Camus a été élevé par une mère analphabète et sourde. Il nous a laissé une oeuvre immense et inclassable éclairée par le soleil et la chaleur de son Algérie natale. La grandeur de Camus ne tient pas uniquement à ses oeuvres mais au bel exemple de sa vie. Fauché en pleine gloire alors qu'il venait de recevoir la plus haute consécration littéraire, Camus nous laisse une oeuvre diversifiée, abordant des sujets éternels tels que la justice, la liberté et la révolte qui ne cesse de faire écho encore à l'actualité. L'originalité de cet essai est de s'adresser à ceux qui voudraient découvrir ou re(découvrir) le bonheur personnel et littéraire de Camus, un auteur sous-estimé et si décrié par l'intelligentsia de son temps.

  • L'imprimerie Darantière : une histoire d'Éditeurs et de Maistres-imprimeurs (1871-2014) Nouv.

    Ce volume raconte l'histoire d'une entreprise qui, depuis la province (Dijon), prit pied à Paris (en relations avec Stock, Gallimard...) et rayonna même à l'étranger (travailla entre autres pour la SDN).
    Il constitue, sur près d'un siècle et demi, une histoire du livre en France, à travers : les mutations économiques (de la prospérité à la concurrence sauvage) ; les péripéties historiques (qu'en est-il d'un imprimeur sous l'Occupation ?) et les révolutions techniques (p. ex. la disparition de l'impression au plomb). On comprend ainsi les mutations d'un métier, à mesure que l'imprimeur, longtemps en dialogue avec l'éditeur et les auteurs, est devenu un simple exécutant.

empty