Religion & Esotérisme

  • La spiritualité n'est pas séparée de la vie elle-même : elle est la capacité à se sentir intensément vivant en goûtant, avec une lucidité accrue, toutes les facettes de l'expérience humaine.
    Dans les sept entretiens qui composent ce livre, Arnaud Desjardins répond aux questions de son fils Emmanuel sur des sujets aussi divers que le sommeil et l'Éveil, la détermination, l'action, la vulnérabilité, la gestion de l'énergie et la frontière entre psychologie et spiritualité.
    À la fois accessible et précis, cet ouvrage s'adresse aussi bien aux lecteurs qui veulent approfondir leur connaissance du sujet qu'aux novices qui souhaitent découvrir «ce dont il s'agit».
    Les entretiens sont précédés d'une introduction à la voie montrée par Swâmi Prajnânpad et proposée à «Hauteville», en Ardèche, par Arnaud Desjardins et ceux qui collaborent avec lui à cette transmission.

  • Rédigés entre 1968 et 1972 à partir de notes prises par l'auteur auprès de son guide, Swâmi Prajnanpad (1891-1974), les trois tomes des Chemins de la Sagesse, aujourd'hui en un seul volume, restituent sous la forme d'un exposé rigoureux les découvertes d'un disciple à la recherche du Soi.
    Alors réalisateur à la Télévision française, Arnaud Desjardins y expose l'enseignement qu'il s'appliquait lui-même à mettre en pratique jour après jour. Source indispensable aux lecteurs désireux d'aborder ou de cerner dans son essence la démarche qu'il propose, cet ouvrage ouvre une voie concrète et nous rend accessibles, ici et maintenant, les vérités centrales de la métaphysique hindoue. Tous les aspects de notre nature trouvent leur place et leur fonction provisoire dans la voie qu'Arnaud Desjardins a élue pour lui-même, l'adhyatma yoga, dont les disciplines sont compatibles avec les conditions de vie des Occidentaux modernes.
    Rien de ce qui se manifeste en nous n'est rejeté: tout est assumé, intégré et transformé. L'accent mis par l'auteur sur la connaissance de soi et des mécanismes mentaux intéressera tous ceux que préoccupent les recherches contemporaines de la psychologie des profondeurs. Bien au-delà de l'Inde et des enseignements proprement orientaux, cette trilogie est en somme un traité de sagesse à l'usage des " hommes de bonne volonté ".
    On y retrouvera les échos d'une connaissance universelle, à laquelle peuvent puiser aussi bien agnostiques que croyants.

  • Dans cet ouvrage, sogyal rinpoché concilie l'ancienne sagesse du tibet et la recherche contemporaine sur la mort et les mourants, sur la nature de l'esprit et de l'univers le livre tibétain de la vie et de la mort clarifie, pour la première fois, la vision complète de la vie et de la mort t telle que nous l'offre la tradition tibétaine.
    L'auteur explique notamment. les " bardos ", ces états de conscience après la mort qui ont tant fasciné et fait s'interroger artistes, psychologues, scientifiques, médecins et philosophes occidentaux depuis la publication, en 1927, du bardo thödol (le livre des morts tibétain). sogyal rinpoché montre que dans la mort, comme dans la vie, l'espoir existe et qu'il est possible à chacun de nous de transcender sa peur ou son refus pour découvrir ce qui, en nous, survit et ne change pas.
    Il propose des " pratiques " simples mais puissantes que chacun, quelle que soit sa religion. ou sa culture, peut accomplir afin de transformer sa vie, se préparer à la mort et aider les mourants. ce livre présente également une introduction lucide et complète à la pratique de la méditation, ainsi qu'aux notions de renaissance et de karma. a ceux qui accompagnent les mourants, l'auteur indique comment les assister avec amour et compassion et comment leur apporter l'aide spirituelle à laquelle tout être humain a droit.
    A ceux qui travaillent en milieu hospitalier, médecins ou personnel soignant, il donne des conseils qui enrichiront leur expérience. l'auteur nous fait partager sa vision personnelle de l'expérience de proximité de la mort (nde) selon la perspective tibétaine. le livre tibétain de la vie et de la mort n'est pas seulement un chef-d'oeuvre spirituel. c'est aussi un manuel, un guide, un ouvrage de référence et une source d'inspiration sacrée.

  • Athéisme, agnosticisme, athéologie, rejet contemporain de Dieu... Mais aussi, chez les croyants, préjugés dogmatiques, certitudes sacrées, conformismes piétistes... C'est en tant que converti que Jacques Ellul dialogue ici avec les grands contradicteurs du christianisme : Celse, Holbach, Marx. Il leur répond avec vigueur. Pour ce protestant pétri d'esprit prophétique, l'événement de la foi se distingue radicalement du fait de croire.
    La croyance, sûre d'elle-même, bavarde et grégaire, fait de Dieu un objet de dévotion. La foi, elle, suppose le doute, un Dieu personnel qui parle, un coeur qui écoute et qui se manifeste à travers le prochain. Jacques Ellul interpelle les incroyants mais il critique aussi les croyants. Méfiant envers un certain angélisme oecuménique, il récuse la mode aveugle du bouddhisme en Occident et n'épargne pas certaines rigidités de l'islam.
    Car seule la foi épurée peut, selon lui, sauver la révélation de la religion. Une réflexion tonique et courageuse qui est aussi comme un bréviaire de l'espérance.

  • Avec la vogue du " psy ", du " spi " et des techniques de développement personnel, jamais autant d'idées sur la libération et l'éveil ou l'ego et le Soi n'ont eu autant d'écho.
    La sagesse est offerte à chaque coin de rue. On s'engage - ou on croit s'engager - sur " la Voie ". Donc : bienvenue sur la voie. Mais, en vérité, de quoi s'agit-il ? Car la contrepartie de cet engouement, c'est la pléthore de notions contradictoires répandues dans les milieux spirituels et conduisant à bien des confusions et des malentendus. Arnaud Desjardins nous livre ici le fruit de cinquante années de cheminement personnel dont les trente dernières ont été consacrées à transmettre ce qu'il avait reçu.
    Oeuvre de synthèse visant la simplicité et la clarté, accessible à tous, Bienvenue sur la Voie réunit en un volume les idées essentielles disséminées dans la vingtaine d'autres titres parus sous son nom. Cet ouvrage peut être lu comme une longue lettre d'un ancien aux nouveaux venus dans cette autre approche de la vie qui transforme toute existence, même difficile, en une source de plénitude et de joie.

  • CELEBRE aux Etats-Unis dans les milieux de la psychologie et de la spiritualité en général et dans ceux du bouddhisme en particulier, Jack Kornfield partage dans cet ouvrage les fruits d'un parcours exemplaire.
    Après avoir été formé pendant cinq ans aux pratiques de méditation intensive dans un monastère bouddhiste de Thaïlande, il rentre aux Etats-Unis, persuadé d'avoir suivi une ascèse particulièrement efficace. Mais les états de conscience exceptionnels qu'il a connus ne l'ont en rien préparé à affronter ses propres problèmes existentiels. Ce constat douloureux l'amène à une profonde remise en cause de lui-même.
    Réalisant qu'un complément de formation lui est nécessaire pour se sentir aussi àl'aise dans l'effervescence de la vie contemporaine que dans les monastères d'Extrême-Orient, il explore en profondeur les approches psychologiques modernes.
    Le thème fondamental de la complémentarité possible entre les voies orientales de transformation et les découvertes des différentes écoles de psychothérapie a rarement été traité de manière aussi exhaustive que par Jack Kornfield et les quelques spécialistes qui se rattachent à son école.
    Par ailleurs, à l'heure où certains enseignants de méditation insuffisamment préparés ont été sources de rumeurs ou même de scandales divers, et en accord étroit avec Sa Sainteté le Dalaî-Lama, Jack Kornfield es également le promoteur d'un mouvement d'exigence éthique rigoureuse dans le domaine de la transmission des enseignements spirituels. Ce n'est pas le moindre de ses mérites.
    Dans cet ouvrage, qui témoigne de son expérience de disciple puis d'enseignant, Jack Korrifield examine une à une, avec autant d'humour que de sagacité, les questions qui se posent à tout Occidental en recherche.
    Au travers d'anecdotes et d'exemples vécus, il dissipe nombre de malentendus et beaucoup d'illusions. Ancré dans la réalité de notre société, ce livre est appelé à laisser une marque profonde dans le grand réveil spirituel de l'Occident.

  • Oeuvre de synthèse, l'Anthropologie de la non-dualité, composée par Véronique Loiseleur, fait ressortir de manière saisissante le point de rencontre de toutes les Sagesses, orientales et occidentales, religieuses ou métaphysiques.
    Elle rassemble les paroles des maîtres spirituels d'autrefois comme de ceux d'aujourd'hui : l'adhésion au réel, ici et maintenant, est la voie royale vers la libération de la conscience.
    C'est le Miracle du Oui.
    Des voix différentes mais une même vérité proclamée d'âge en âge. Je songe ici à trois vers des Phares de Baudelaire :
    C'est un cri répété par mille sentinelles, Un ordre renvoyé par mille porte-voix, C'est un phare allumé par mille citadelles...

  • Ecrit d'une plume alerte et surprenant à plus d'un titre, ce livre où se conjuguent l'humour et la gravité est le palpitant roman d'une existence riche en rebondissements, l'évocation d'une vie souvent difficile mais très tôt centrée sur la recherche d'une spiritualité incarnée. L'aventure de la sagesse est d'abord et avant tout une aventure humaine : il y a loin en effet du jeune protestant prisonnier d'une éducation rigoriste au réalisateur connu, explorateur, conférencier et compagnon d'une grande vedette qui, à quarante-neuf ans, quittera Paris, sa carrière et ses succès pour se retirer en Auvergne.
    Le chemin d'Arnaud Desjardins passe non seulement par l'Orient mais par le scoutisme et la passion du théâtre, le sanatorium et la Trappe, les errances amoureuses et les Groupes Gurdjieff, le voyage aux Indes avec une femme, une petite fille et un bébé, et les coulisses du show-business. L'aventure de la sagesse, ou les tribulations d'un jeune homme égaré, d'un mystique ambitieux, d'un mondain habité par la nostalgie de l'ascèse et aujourd'hui parvenu à une paix profonde...
    Au-delà de son aventure personnelle, l'histoire d'Arnaud Desjardins atteint une portée universelle : elle est celle d'un contemporain soucieux de transposer dans son quotidien d'Occidental chrétien les richesses spirituelles découvertes en Orient, d'un Français du XXe siècle taraudé par les "questions éternelles", d'un homme attachant face à ses contradictions. Récit d'une "conversion" ou d'une "métanoia", ce livre parle à la conscience de notre temps et nous aide à mieux cerner l'apport de celui que Gabriel Matzneff qualifiait un jour de "contemporain essentiel".

  • Pierre Rabhi est aujourd'hui l'un des penseurs les plus influents de l'écologie en France. En 2002, il est encore inconnu du grand public lorsque Rachel et Jean-Pierre Cartier lui consacrent un livre. Ils y racontent la vie de cet homme né dans le sud algérien en 1938. Adopté par une famille française après la mort de sa mère, il sera ouvrier à Paris avant de s'installer en Ardèche en 1960.
    Là, Pierre Rabhi découvre l'agriculture biologique et écologique.
    C'est d'abord dans sa ferme de Monchamp qu'il pratique, en pionnier, l'agroécologie - un mode de culture qui vise à diminuer la quantité d'engrais et de pesticides pour respecter la qualité des sols et des productions. Tout au long des années 1980, il fait partager son expérience, au Burkina Faso, au Mali, puis au Niger, au Maroc et en Tunisie, donnant naissance à l'association Terre et Humanisme, qui aujourd'hui encore, prolonge son approche. Reconnu comme expert pour la sécurité alimentaire et la lutte contre la désertification, il participe à différents programmes, y compris sous l'égide de l'ONU.
    En 2002, ses amis poussent Pierre Rabhi à entrer dans la course à l'élection présidentielle. Faute de parrainages suffisants, il doit se retirer, mais la dynamique est lancée.
    En 2007, la création des Colibris - Mouvement pour la terre et l'humanisme - permet d'agréger les énergies citoyennes qui se sont mobilisées pour lui. Le mouvement compte aujourd'hui plusieurs dizaines de milliers d'adhérents, attachés à promouvoir la vision humaniste de Pierre Rabhi.

  • La nuit n'est pas seulement l'autre versant du jour. Elle figure à la fois l'immensité et l'intimité. Elle déploie tout un monde fait de beauté, de silence, de douceur, mais aussi d'effroi et de maléfices. Tantôt elle procure la paix et le repos, tantôt elle suscite terreurs et délires et se fait annonciatrice de mort. La nuit veille sur l'amour, sur l'espace intérieur, sur la création artistique. Elle invite au recueillement et à la contemplation. Sans doute est-elle le manteau de l'invisible. Au royaume des nuits, on rencontre Schéhérazade, la conteuse de Bagdad, la Belle au bois dormant, Jacob, Joseph ou encore les Rois Mages visités de grands songes, on voit resurgir les amants du Cantique des Cantiques et, sous le ciel étoilé, Roméo et Juliette...

  • Au dix-neuvième siècle, ignoré de tous dans un village perdu du Bengale, un moine hindouiste prêchait déjà la compréhension mutuelle entre les traditions.
    Il affirmait que toutes les religions sont faites pour s'entendre, se respecter, et qu'elles avancent toutes vers un même but, la même lumière. Cet homme s'appelait Ramakrishna. Il était, à l'image de saint François d'Assise, " le petit frère universel ". C'était un être d'amour, un mystique modeste et souriant, un maître d'une bouleversante fraîcheur. Gandhi, Romain Rolland, Christopher Isherwood, Jean Herbert furent parmi ses premiers disciples.
    Depuis, l'influence de Ramakrishna n'a cessé de grandir. En voici le portrait intime et l'enseignement essentiel.

  • Plus qu'une thérapie des émotions, le lying est une tonique introduction à l'ascèse. Ce n'est pas seulement une mise à nu de tout ce qui traverse, bouleverse, essouffle un être humain, ni un passage de l'autre côté des barricades de l'interdit, du non-dit, de l'inconnu. Ce n'est pas seulement le retour vers l'origine des conditionnements qui entravent un libre comportement, c'est aussi le début du chemin de l'éveil.
    Cette méthode par les contraires permet d'affronter ses refus pour accepter, et de se confronter au passé pour tenter d'être au présent. Celui qui aura revécu ses bourrasques intimes pourra connaître la détente. Qui aura découvert les écrans qui lui cachent le réel pourra y accéder. Et qui aura exploré sa noirceur intérieure pourra intégrer la lumière.
    RÉÉDITION DE CE LIVRE ÉPUISÉ DEPUIS UN AN

  • Aujourd'hui, il est de bon ton de se déclarer « humaniste » et de critiquer l'individualisme, donné comme équivalent d'égocentrisme.
    Or selon Jacqueline Kelen, l'« humanisme » actuel se situe aux antipodes du véritable humanisme des XV e et XVIe siècles européens (Pic de la Mirandole, Érasme, Rabelais) où l'être humain, tout en puisant aux sources de la connaissance, devait se parfaire et conquérir son humanité sans renier nulle transcendance. De surcroît, cette nouvelle idéologie efface l'individu, la personne unique et irremplaçable, au profit de la conservation de l'« espèce humaine » et pour le bien des « générations futures ». Elle est donc particulièrement insidieuse, flagorneuse et avilissante : en même temps qu'elle présente l'homme comme finalité suprême, elle le mutile du ciel métaphysique et de sa précieuse singularité.
    Cet essai - qui emprunte son titre à Bernanos - entend montrer comment, sous couvert d'« humanisme », on assiste non point à l'éclosion d'une nouvelle humanité, pacifique, responsable et solidaire selon les stéréotypes de notre époque, mais plutôt à l'expansion d'un genre inhumain.
    Rappelant la haute destinée promise à l'être humain, ce « miracle » que célébrait la Renaissance, l'auteur invite ses contemporains à retrouver le goût de la beauté et celui de la grandeur.

empty