Archipel

  • Lors d´un séjour à Pompadour, en Corrèze, le hasard conduit Margaret Williams, une Américaine, devant une propriété croulant sous les roses. Irrésistiblement attirée, elle frappe à la porte. Une belle femme d´âge mûr lui ouvre. Sylvie est pâle, elle semble fatiguée et vulnérable, mais arbore un sourire avenant. Charmée par le fort accent de sa visiteuse, elle l´invite à prendre le thé. Comme si elle avait attendu Margaret depuis toujours, elle se met à lui raconter qu´à l´âge de 17 ans elle est partie en Louisiane et y a rencontré Jack, un homme marié aussi séduisant qu´énigmatique.


    Intriguée, l´Américaine accepte la proposition de Sylvie qui l´invite à venir chaque jour écouter son histoire - celle d´un amour hors du commun. Mais, très vite, Margaret sent que son hôtesse lui cache quelque chose...

  • Au pays de la Mée occupé par les Allemands, dans les années 40, P'tit Louis est un gamin en sabots, peu favorisé par la vie mais à l'imagination féconde. Tout à son paradis, sous le pommier de Chailleux - son arbre de la science du bien et du mal - P'tit Louis ignore qu'à la Forge, aux portes de son bourg de Moisdon-la-Rivière, existe un « camp de concentration » sur lequel on préfère fermer les yeux. Après l'évacuation des « Rouges » espagnols parqués à la Forge, dès 1939, les Allemands y ont rassemblé, dans des conditions d'insalubrité effroyables, des Tsiganes, nomades et vagabonds raflés sur les routes de la région.
    La vie de P'tit Louis est bouleversée le jour où il se lie d'amitié avec Cadet Rousselle, que tous les élèves de l'école chrétienne prennent pour un benêt. Mais on le craint parce qu'il a le don de toucher les dartres et les verrues et qu'il se donne des allures de sorcier des bois. P'tit Louis est à la fois effaré et fasciné par la capture d'une vipère rouge - symbole du diable - que Cadet Rousselle a l'audace de libérer le lendemain, en plein milieu de la cour de récréation. Ce défi lui vaut un renvoi immédiat par le père Savary, directeur de l'école chrétienne, et son admission à l'école laïque de Madame Danty...

  • Parce que " chaque vie animale est un roman, chaque vie humaine une montagne qui plonge dans la mer ", Gilbert Bordes célèbre dans tous ses livres l'amour de la vie sauvage, des bois et des chemins, mais aussi des hommes et des femmes qui les parcourent. Dignes de Genevoix, les contes du Chat derrière la vitre font la part belle au renard, au lièvre ou au cerf qui en sont les héros. Fabuliste moderne, Gilbert Bordes se défend d'en tirer la morale, car " la nature n'a aucune notion du bien et du mal " ; elle peut même se permettre, comme dans L'Heure du braconnier, de renouer des liens que l'on croyait rompus : car c'est l'amour du braconnage, legs de ses ancêtres, qui ramène au village de Nigérac un mari disparu et un père inconnu, afin de perpétuer la tradition... Dans Une vie d'eau et de vent, c'est un autre visiteur, tout aussi inattendu, qui viendra déranger les secrets bien gardés de la Jeugie, une ferme écartée des rives de la Dordogne. L'irruption de Pablo est-elle donc liée à la disparition d'Henri Lapierre, dont on est sans nouvelle depuis qu'il a pris le maquis oe

  • Le vent de la colère

    Jacques Mazeau

    • Archipel
    • 13 Octobre 2010

    Quelque temps avant de mourir, Emile a modifié son testament en faveur de Marie, l'institutrice avec qui il a noué une relation passionnée. Me Blanchard, notaire de la famille, convoque Emma, Louis, Marie, Margot, Marthe et le docteur Colliard. A la lecture du testament, c'est la douche froide pour Emma : Emile lègue à Marie la maison des Quatre-Vents, le bois qui l'entoure et de l'argent pour la reconstruire. Emma, de son côté, ne récupère le reste que si elle épouse Louis dans les six mois ! Emile a également adressé une lettre à Marie dans laquelle il lui dit les craintes que lui inspire Emma et la possibilité qu'il pourrait disparaître de manière tragique. Pour Emma, ce testament est une catastrophe. Elle qui croyait devenir l'unique maîtresse de la Vernières se retrouve face à une étrangère. Avec un domaine morcelé, et des moyens réduits, la lutte entre les deux femmes est inéluctable. Tandis que s'ébauche cette lute, Emma découvre qu'elle n'a jamais cessé d'aimer le docteur Colliard. Jusqu'au jour où celui-ci lui annonce qu'elle est enceinte

  • Un village si tranquille

    Roger Poux

    • Archipel
    • 22 Janvier 2014

    Borsac, un gros bourg de Charente, comme endormi sur sa terre fertile, est réveillé par un drame : Ulysse Rozier, un notable, vient d'être tué au cours d'une battue aux sangliers. Antoine, son fils, averti du décès, arrive de Guyane.
    Un retour difficile pour celui qui s'est tenu éloigné depuis le remariage de son père avec Laure Martin. Il rencontre Marie, la fille de Laure, renoue avec le passé, découvre une autre image de son père. Et l'amour, aussi...
    Borsac avait enterré un passé vieux de plus de cinquante ans, une époque où les Rondeau, famille de propriétaires terriens, avaient opté pour l'occupant - et l'armée allemande. Norbert Rondeau avait dénoncé Guy Rousset, un jeune communiste du village, jamais revenu du camp de concentration où il avait été déporté.
    Ce passé resurgit lorsqu'Antoine découvre une lettre de dénonciation que son père s'apprêtait sans doute à divulguer...

  • 1943 : trois ans déjà que les Allemands sont entrés à La Charité-sur-Loire. Le domaine de la Vernière est devenu le QG de l'armée allemande d'occupation.
    Emma, sa propriétaire en a été dépossédée au profit de Marie, son amie devenue collabo, qui a épousé Klaus Mayer, le commandant de la place.
    De son côté, Emma reprend le café de la Poste à Donzy et entre dans la Résistance, tout en entretenant une relation amoureuse avec Paul, le chef de réseau.
    Au fil des mois, contre toute évidence, certains collabos, tels Blanchard, le notaire, ou Armand, l'ancien ouvrier agricole qui a juré la perte d'Emma, continuent de miser sur la victoire de l'occupant, alors que Marie commence à douter d'avoir fait le bon choix...
    Le jour de la Libération, chacun, au regard de ses choix, devra rendre des comptes, payer ses erreurs ou se racheter.

  • Le chant de la forge

    Micheline Boussuge

    • Archipel
    • 11 Février 2015

    1820. Guillaume, 16 ans, doit quitter sa Lozère natale pour gagner sa vie. Depuis sa plus tendre enfance, il n'a qu'un rêve : devenir forgeron. À l'approche de chaque village, il entend le chant du marteau sur l'enclume et cela lui réjouit le coeur.
    Sans le sou, il part s'installer chez deux paysans qui le prennent en affection, et apprend son métier chez les forgerons des environs.
    Guillaume songe aux jeunes filles, à sa famille laissée au pays, et aussi au service militaire que tous redoutent et dont on ne revient pas. Mais suite à un accident qui lui coûtera un doigt, il sera exempté de l'armée.
    Après avoir perdu ses deux premières épouses, Marie et Louise, mortes en couches, Guillaume se remarie et Jeanne, sa troisième femme, lui donnera cinq enfants dont trois garçons qui pourront assurer sa succession à la forge.

  • De retour dans son village auvergnat, qu'elle avait quitté depuis de longues années, Anaïs retrouve la maison où elle avait vécu des jours paisibles avec ses parents, ses deux soeurs et Théophile, le petit vacher. Mais la maison, passée en d'autres mains, semble délaissée par les nouveaux propriétaires.
    Très émue par cette visite, Anaïs s'assied dans la courette et fait surgir les images du passé. Son père, travailleur infatigable et intransigeant, gestionnaire avisé de la ferme familiale. Sa mère, la douce Félicie, que les deux aînées secondaient de leur mieux. La sage Rosa, qui sut braver les interdits du père. Sans oublier l'arrivée du petit vacher pouilleux, qui ne devait plus quitter le cercle de famille.
    On n'oublie jamais sa maison ni son pays. Mais ce qu'Anaïs avait perdu de vue, ce sont certaines coutumes villageoises, toujours vivaces après tout ce temps. Une négligence dont elle fera les frais. Mais qui se souvient encore du charivari en cette fin des années 1930 oe

  • Amères récoltes

    Jacques Mazeau

    • Archipel
    • 19 Octobre 2011

    Juin 1940. Les Allemands entrent à La Charité-sur-Loire. Le domaine de la Vernières se retrouve en zone occupée. Emma est indignée par les réquisitions, sans pouvoir protester, et prend fait et cause pour de Gaulle, le général félon. Dans son cabinet, le docteur Colliard, son amant et le père de ses enfants, n'en pense pas moins et ronge son frein.
    Telle n'est pas l'attitude de Marie et Armand, au domaine des Quatre-Vents, qui voient dans ce bouleversement l'occasion d'une revanche diabolique : ils feront tout pour piétiner le bonheur d'Emma et de sa famille. Colliard, mis en cause, est emprisonné. Avec la complicité du notaire Blanchard, acquis à la collaboration, la Vernières est confisquée au profit de Marie, devenue la maîtresse d'un officier allemand.
    Mais le jour de la Libération approche, l'heure des comptes a sonné... L'usurpatrice paiera sa compromission, n'échappant à la mort que grâce à l'intervention de Colliard...
    À leur instar, tous les autres personnages de La Ferme de l'enfer (2008) et du Vent de la colère (2010) voient dans l'ultime volet de cette saga rurale leur nature profonde révélée par les événements tragiques de l'occupation allemande.

  • Haut-Velay, 1818. Alice Charzol vient d'accoucher de jumeaux : Édouard et Faustine.
    L'éducation des enfants est inhabituelle. Faustine, formée à la sorcellerie par sa grand-mère rebouteuse, apprend le tir au pistolet avec son parrain. De son côté, Édouard est formé à l'art du sabre et du bâton... Tout pour éveiller la méfiance des villageois. Ils ont dix-sept ans quand leurs parents meurent dans des circonstances tragiques. Accusé de meurtre Édouard est envoyé au bagne. Quelques années plus tard, ses qualités de sabreur conduisent Vidocq, chef de la Sûreté, à le faire libérer pour l'engager dans son équipe. Ses succès en font un policier apprécié.
    Un jour, il reçoit une lettre de sa soeur, qui peine à faire fructifier le domaine familiale sans l'aide des « estropiats » jadis engagés par son père. Il vole à son secours et découvre les manoeuvres d'Alfred du Buisson, le notaire véreux, pour acculer sa soeur à la ruine... L'heure de la revanche a sonné.

  • Chacun connaît Barthélemy à La Brugère. Très tôt le matin, il mène sa charrette dans les villages cantalous et auvergnats. Il n'a pas son pareil pour vendre des ustensiles de cuisine ou les réparer. Depuis peu, il a eu l'idée de proposer un pot en fer-blanc qui remplace avantageusement la cruche en terre, et assure sa prospérité. Ce métier de colporteur est dur, mais il le ravit.
    Barthélemy vit avec sa femme, " l'Hortense ", ses fils et Lisa, sa petite dernière, houspillée par ses camarades de classe car elle est borgne. D'elle, il ne s'est guère occupé. Un jour, elle disparaît. Barthélemy ne comprend la raison de son départ qu'à la mort d'Hortense, lorsqu'il retrouve une correspondance secrète entre la mère et la fille. Au cours de ses tournées dans les villages alentour, il rencontre l'Alphonsine qui devient sa maîtresse occasionnelle. Une vingtaine d'années plus tard, Lisa revient réclamer son dû...
    Fidèle à sa manière, Micheline Boussuge offre une description brute du monde paysan, à l'aube du XXe siècle, dans une Auvergne où ragots et rumeurs tiennent en haleine les villageois.

  • La ferme de l'enfer

    Mazeau-J

    Emma rejoignit emile, son grand-père, qui conduisait la moissonneuse.
    Elle l'observa un moment, admirative. malgré ses soixante ans, l'homme portait encore beau. pas très grand, musclé, les épaules larges, bien campé sur ses jambes, il impressionnait toujours ses interlocuteurs, tant on le sentait enraciné dans sa terre, "sa femelle" comme il la désignait. de mémoire, emma n'avait jamais vu homme lui tenir tête. quant aux femmes, elle supposa qu'elles ne devaient pas résister longtemps à son charme.
    Dans ce hameau de la nièvre, à la veille de la seconde guerre mondiale, emile et son fils hippolyte, redoutés de tous, sont l'unique famille d'emma. mais un jour, la jeune femme reçoit un faire-part de décès : celui de sa mère, qui avait quitté la ferme, des années auparavant, sans un mot d'explication. le doute s'insinue lorsqu'elle découvre les lettres qu'elle lui a laissées, oú s'esquisse un terrible secret.

  • La Rumeur du soir : Mariés depuis quinze ans, Louise et Lucien Nogaret, propriétaires aisés de la région de Vézelay, ont deux enfants. Lucien est dur, ambitieux et indifférent. Louise le supporte plus qu'elle ne l'aime. Une humiliation de trop et la disparition de sa soeur bien-aimée la convainquent de réagir et d'atteindre Lucien par la rumeur. (1e édition : Balland, 1988) La Dame blanche : Quand il rencontre Camille, la nouvelle institutrice de Montfort, Roland renaît à la vie. Inconsolable depuis la mort tragique de sa femme, il ne pouvait plus compter que sur l'attachement que sa domestique éprouvait pour lui. Cette passion va bouleverser la vie des habitants de Montfort, car le lourd secret dont Camille est dépositaire pourrait bien accomplir la prophétie médiévale de la Dame blanche. (1e édition : Plon, 1996) Mensonges : Simon, fils de paysans, épouse Marie, fille unique du riche forestier Vidal. La vie s'annonce belle : Simon devient le bras droit de son beau-père et, bonheur supplémentaire, Marie attend un enfant. Pourquoi fallait-il qu'entre en scène Laurence, la femme de son meilleur ami ? Au nom de leur passion, Simon et Laurence pourront-ils tout se permettre ? (1e édition : Plon, 2004)

  • La maîtresse du moulin

    Aguillon-A

    Les trois épouses Garrassin sont-elle décédées de mort naturelle ?
    En 1880, près d'Aix-en-Provence, Héloïse, une jeune servante, et son frère soupçonnent les meuniers Sidoine Garrassin et son père d'avoir participé à l'arrestation de leur père et les tiennent pour responsables de sa mort. Pour se venger, Héloïse décide de s'approprier le moulin et la fortune accumulée par les Garrassin. Elle parvient à se faire embaucher au moulin. Or, les trois épouses successives du meunier meurent de façon suspecte, toutes sans enfant...
    Sidoine tombe alors dans le piège que lui tend Héloïse : il l'épouse, persuadé d'être le père de l'enfant que lui a fait Angelo, un charbonnier piémontais qu'Héloïse éloignera sans scrupules. La jeune femme parviendra-t-elle à prendre sa revanche ? Angelo lui pardonnera-t-il de l'avoir manipulé pour arriver à ses fins ? A-t-il un lien avec les trois meurtres ?
    Semi-confidences, bavardages, fausses révélations, supputations, calomnies... La rumeur s'amplifie. Dévots et libres-penseurs s'affrontent. Tout le monde ment. Par intérêt ? Par lâcheté ?

  • 1936, Jeanne, l'épouse de Marius Malaguet, alias " le bâtard du Bois noir ", fuyant un amour stérile, se tue en voiture. Son fantôme va hanter l'étrange quête dans laquelle se jette alors Marius.
    Aidé par Eugénie, sa soeur adoptive, incarnation de la jeunesse et de la force, et par ses anciens compagnons d'armes, survivants de l'horreur des tranchées, il s'efforcera d'arracher Diane, une toute jeune fille, des griffes d'une bourgeoisie rapace, malsaine et puissante. Diane, la fille d'Uranie, une femme écrasée et indécise, soudain surgit de son passé.

  • Le puits aux frelons

    Aguillon-A

    Dans les années 1890, Hélo...se et Angelo, deux enfants, découvrent par hasard un squelette au fond du puits des Valettes, tout près de Font Trigance, en Provence. Apprenant que le cr'ne de l'homme a été perforé par une balle de fusil, les villageois sont en émoi. Quelle est l'identité de la victime, et surtout, pourquoi ce meurtre ? Les commérages cessent lorsque Maître Revest, le maire du village, meurt subitement. Cette disparition pose la délicate question de sa succession. La découverte d'un nouveau cadavre, toujours au fond d'un puits, affole la population. Va-t-on en découvrir un dans tous les puits de la région ? Au moment où tous se lancent dans des recherches parfois loufoques, la suspicion générale se dirige soudain vers l'ancien charbonnier...

  • La revanche du bâtard

    De Maximy-H

    Le jour où « Lou Bastardou » revint de guerre... Fin 1918, Marius Malaguet, comme des millions de poilus, attend la démobilisation qui n'arrive pas. Il irrite sa hiérarchie qui le réforme sous un vague prétexte médical. De retour chez lui, il retrouve Jeanne, sa compagne de toujours. Soutenu par le "Gallu", son quasi-père adoptif, il se met au travail. Cependant Marie, sa mère illettrée, part seule pour la zone de front à la recherche de Johannes Alayel, son amour d'antan et véritable père de Marius, qui est blessé à la tête. Le Gallu meurt de la grippe espagnole dans les bras de Marius. En Picardie, Marie recueille Uranie, une orpheline de huit ans, et poursuit opiniâtrement sa quête. Elle retrouve son homme, atteint d'une "obusite"... Né en 1944 à Craponne-sur-Arzon (Haute-Loire), Hubert de Maximy a été producteur, réalisateur de documentaires. Parmi ses romans : L'Ombre du diable (Albin Michel, 1999), La Bande noire (Cheminements, 2003), Les Loups du Mardi-gras, Deux ânes, deux moines et deux putains (Hors Commerce, 2005-2006), Le Bâtard du bois noir et la Rebouteuse de Champvieille (l'Archipel, 2008 et 2009). - la suite du Bâtard du bois noir (L'Archipel, 2008) - Hubert de Maximy, un nouveau grand du roman du terroir - secrets de famille, et descriptions paysannes : un cocktail gagnant pour un roman de terroir captivant - une période passionnante et peu étudiée : l'intermède entre l'armistice (novembre 1918) et le traité de Versailles (juin 1919)

  • Conspiration avec des puissances étrangères, recours à des agents secrets, dilapidation des finances nationales, cocarde tricolore foulée aux pieds...
    Ce 14 octobre 1793, les chefs d'accusation énoncés par Hébert, Fouquier-Tinville et Robespierre, autoproclamés défenseurs du peuple, ne laissent guère d'espoir à la " veuve Capet ", ci-devant Marie-Antoinette, reine de France, dont le procès vient de s'ouvrir. Depuis plusieurs jours, l'archiduchesse d'Autriche souffre d'une hémorragie utérine qui la vide de ce sang dont les Parisiens sont assoiffés.
    Ils n'en seront pas privés. A midi et quart, le 16 octobre, place de la Révolution, Sanson lui ôte son bonnet et le couperet tranche la rose d'Autriche... La France en a fini avec la monarchie. Mais en a-t-elle fini avec le sang ? De Marie-Antoinette, l'opinion s'est forgé le portrait d'une reine éprise de plaisirs, dont l'égoïsme déclencha la colère populaire, autant que la maladresse et l'obstination de Louis XVI.
    Mais Mirabeau avait vu juste : " Le roi n'a qu'un homme, c'est sa femme. " Coupable idéale, victime de l'aveuglement de la noblesse et d'un certain clergé, la reine périt broyée par une machine infernale que même le roi n'avait pu arrêter. Roman historique ? Oui, mais surtout roman vrai. Sans complaisance idéologique, Gerald Messadié reconstitue la vie quotidienne de la cour et de la France aux premières années de la Révolution.
    Il réhabilite cette reine calomniée et caricaturée par les intrigants, avant de l'être par l'Histoire.

empty