Les Editions Retrouvees

  • Lors d'un séjour en Corrèze, le hasard conduit Margaret, une Américaine, devant une propriété recouverte de roses. Irrésistiblement attirée, elle frappe à la porte et est reçue par Sylvie qui se met à lui raconter sa vie. À l'âge de 17 ans, elle est partie en Louisiane et y a rencontré Jack, un homme marié aussi séduisant qu'énigmatique. Mais, très vite, Margaret sent que son hôtesse lui cache quelque chose. Un mystère plane...

  • Orpheline, Marie espère pouvoir un jour goûter à la douceur d'un foyer. Recueillie par une riche famille charentaise, elle perd rapidement ses illusions. Elle est employée comme servante dans leur belle propriété, aux Bories. Elle travaille dur, confrontée quotidiennement à l'animosité de sa patronne ainsi qu'au mépris du neveu, Macaire. Heureusement, Pierre, son ami et voisin vient la réconforter et jouer inlassablement avec elle près du bois des Loups.
    Les années passent Marie connaîtra enfin la révélation de ses singulières origines. Soulagée de retrouver un pan de son histoire, elle épouse son compagnon d'enfance.
    Une vie tranquille s'annonce pour eux, si ce n'est les mauvais penchants de Pierre, la jalousie de Macaire mais aussi les affres de la Seconde Guerre mondiale...

  • Les puysatiers Nouv.

    De 1839 à 1948, pendant neuf années de dur labeur et d'enfer noir, les puysatiers creusèrent le tunnel de Lioran, en Auvergne, qui fut longtemps le plus long tunnel de France. Neuf années d'enfer, de ténèbres, de fumées, d'éboulements, d'inondations boueuses, d'asphyxie, d'épidémies, pour ouvrir ce trou de taupe de 1414 mètres.
    Une extraordinaire épopée racontée avec humour et sagesse par un Auvergnat octogénaire.

  • Joseph, ivrogne invétéré, est un semeur d'embrouilles notoire dans son village de Corrèze. Personne ne connaît le secret qui l'a contraint à quitter sa fiancée, Margot. Il devait l'épouser et travailler avec son père, ébéniste de renom.
    Or un soir, le père parle à son fils. Le lendemain Joseph part pour Bordeaux et s'engage dans la marine.
    De retour, de nombreuses années plus tard, il se lie d'amitié avec Alexandre, douze ans, qui n'est autre que le petit-fils de Margot. Margot qui vit à Montpellier et qui n'a jamais pu oublier le beau rossignol qui chantait pour elle. Joseph, lui, n'a aimé aucune autre femme.
    A travers les péripéties villageoises, se révèlent une histoire de famille et le terrible secret qui a désuni deux êtres faits l'un pour l'autre.

  • Née avec le siècle dans un petit village de Hautes-Alpes, Emilie Carles est la seule des six enfants de sa famille, à poursuivre des études. Et à quel prix ! Pas question, chez ces paysans obligés de travailler d'arrache-pied pour survivre de se passer d'une paire de bras valides.

    Les journées d'Emilie sont donc doubles : aux champs et à l'école. A 16 ans elle quitte sa vallée pour Paris afin d'obtenir son diplôme d'institutrice. Monde nouveau, idées nouvelles. Revenue enseigner au pays, Emilie apprend à ses élèves la tolérance le refus de la guerre et la fierté des leurs traditions paysannes. Un sens de la dignité qu'elle défendra tout au long de son existence.

  • Marie ne connaissait pas la date exacte de sa naissance. Johannes, le vieux pâtre de Maslafon, l'avait trouvée endormie parmi les brebis un matin d'automne 1901. Il la baptisa « Marie des brebis » et l'aima comme sa fille.

    Près d'un siècle plus tard, cette même Marie, en sa grande vieillesse, confie sa vie à Christian Signol. Il l'écoute avec passion et nous offre un livre qui fl eure bon le laurier sauvage des Causses, le miel et l'orange de Noël.

    L'existence de Marie, toute simple et modeste, rythmée par les saisons et les bouleversements de l'histoire, est une formidable leçon de courage et d'humanité, comme si parfois la vérité n'était jamais aussi juste que dans la bouche des plus humbles...

  • Pour mieux nous parler du pays qu'il aime et où il est né, henri vincenot se penche sur son enfance, quand il vivait chez ses grands-parents, dans un petit village de bourgogne.
    Impossible d'échapper à la magie de ce conteur merveilleux, et nous le suivons allégrement dans ses fabuleuses parties de chasse, où il sait si bien recréer le climat de fête. mais tout ici devient une fête, qu'il s'agisse de la visite d'une cousine extraordinaire, nourrice à paris, ou de ces interminables repas de fin d'année, au cours desquels le petit garçon écoute, fasciné, les histoires savoureuses qui se racontent et qui lui serviront plus tard de tremplin pour ses récits.

  • Aurélien, le vieux berger, vit seul sur le Causse depuis toujours. L'existence lui a refusé la compagne qui aurait adouci ses jours et pire encore, la descendance à laquelle il aurait transmis son héritage de terrien.

    Au cours d'un été magnifique, des vacanciers s'installent au Hameau. Entre Benjamin, le jeune fils adoptif de ces Parisiens et le vieil Aurélien se noue une complicité immédiate et forte. Aurélien initie le jeune garçon à la beauté sauvage et rude de ce pays d'herbe rase, de pierres et de genévriers. Partageant les bonheurs les plus simples - le vol d'un épervier, la surveillance du troupeau - le vieil homme et l'enfant ne se quittent plus. La séparation, pourtant inévitable, leur semble impossible.
    />

  • Claude Michelet raconte son enfance à Brive, entre sa mère, son père et ses trois soeurs et trois frères. « Une famille provinciale, bourgeoise et bien-pensante » : rien de plus banal avant 1940. Mais voici la défaite et pour Edmond Michelet la Résistance, l'arrestation, la déportation. Grands événements auxquels l'enfant ne comprend pas grand-chose. Son père revient et est nommé ministre des Armées. Toute la famille quitte Brive pour se retrouver à Paris, une nouvelle vie commence. Mais les écoles parisiennes ne lui font pas oublier les bois de la Corrèze ; en vérité il étouffe à Paris : à quatorze ans il décide qu'il sera agriculteur.
    On connaît la suite et comment le petit dernier de la famille est devenu écrivain et célèbre.

  • À la Combe aux Oliviers, la famille Valentin - Ulysse, le père, Armide et Lucrèce, ses deux filles - vit au rythme des saisons. Tout comme son père, Lucrèce, la cadette, a la passion de l'olivier. Quand, au lendemain de la Grande Guerre, elle prend la direction du domaine, elle consacre sa vie à ses arbres, au nombre desquels Noé, le plus vieux, son confident des bons comme des mauvais jours.

    À l'aube d'une vie nouvelle, tout bascule. Veuve et mère d'une petite Aurélie, cette femme entière conquiert le droit de vivre de nouvelles amours, traverse la Seconde Guerre en résistante et surtout se bat pour sa fille, atteinte de la poliomyélite, autant que pour la survie de ses oliviers.

  • Été 1942. Loin de la persécution nazie qu'ont fuie ses parents, un enfant juif se cache sur les bords de la Dordogne.
    Protégé par les Lachaume, simples fermiers, Daniel, 10 ans, entre dans un monde inimaginable pour lui. À mesure que la rumeur de la guerre s'éloigne, le petit citadin découvre les travaux des champs, les secrets de la nature et la chaleur d'une famille paysanne.
    Il découvre aussi Lisa, la princesse de ce royaume menacé. Elle a son âge, elle ne parle pas, on dit qu'elle « n'est pas comme les autres ». Lisa attendait tout simplement Daniel pour vivre avec lui la plus singulière et la plus émouvante des histoires d'amour...

  • En 1906, Madeleine a six ans lorsque se produit la catastrophe de Courrières dans la mine où travaille sa famille. Ce coup de grisou dévastateur fait mille victimes dont deux de ses oncles. La grève générale qui suit le drame entraîne une véritable famine dans les corons... La rage au coeur, les mineurs reprennent le chemin de la fosse. Fille puis femme de mineur, Madeleine vivra constamment l'angoisse de l'attente. Avec minutie et émotion, elle raconte une vie qui ne l'a pas épargnée : les accidents, les coups de grisou, les deux guerres mondiales et les conflits sociaux. Mais elle témoigne aussi de l'immense solidarité qui unit les familles des mineurs, des joies d'une existence illuminée par l'amour de ses parents, de son mari et de son fils, Jean. Lui seul échappera à la poussière des corons, devenant ingénieur dans les mines pour rester fidèles aux siens.

  • On n'est pas marin si on n'est pas sauveteur : une nuit d'automne, au large de Kersaingilles, petit port breton, un pêcheur est emporté par une lame en secourant un plaisancier. C'est ainsi qu'à l'aube, Marie Delaunay apprend qu'elle a perdu son Pierre.
    Marie a trente-neuf ans, deux enfants, une modeste maison et des traites à rembourser. Pour la mémoire de Pierre, pour sauver La Sonate, son chalutier, elle décide de prendre la relève.
    Une femme patron, pêcheur avec deux marins sous ses ordres, on n'avait jamais vu ça. Marie aura d'abord tout le port contre elle sans compter ses enfants qui voudraient la garder à la maison.
    Et la tempête n'en a pas fini avec Marie... Un secret surgi du passé bouleverse sa nouvelle vie.

  • Le Limousin, vers 1875. Aiguemont est un immense domaine prospère, entre les mains de Pierre Sérilhac. Clara, son épouse adorée, illumine le château par son charme et son intelligence. Ils ont trois enfants.

    Soudain, la foudre s'abat sur ce lieu de bonheur, Clara meurt. Désespéré, Pierre se retire dans un lieu écarté, près de la tombe de sa femme, laissant à ses enfants le soin de protéger le domaine. Quand la ligne de chemin de fer venue de Paris atteint les terres d'Aiguemont et que les travaux s'approchent de la tombe de Clara, une antique voie romaine devenue une des chemins de pèlerinage de Saint- Jacques de Compostelle est mise au jour. Pierre reconnait la route qui mène au pays d'où est venu sa femme. Il s'y engage seul, porté par les « affluents du ciel ».

    Dans Aiguemont qui reprend vie, se révèle alors le secret de Clara, si longtemps ignoré.

  • Depuis sa naissance dans les années 20, Emile Peyrissac habite un petit village sur les bords de la Dordogne. Il nous raconte la vie merveilleuse et simple que menaient les gens qui connaissaient les secrets de cette vallée sauvage. Il grandit parmi les forestiers, les pêcheurs, et auprès de son amie d'enfance, la jolie Gaby Croze. Jusqu'au jour où la construction d'un barrage vient faire voler en éclat cette harmonie et ce bonheur parfait.

    Il assiste impuissant au spectacle des villages rayés de la carte, des centaines de familles expropriées. Bientôt la guerre éclate. Il s'engage dans la Résistance. Gaby devenue institutrice s'installe en ville. Leurs chemins se séparent, mais le destin leur permettra-t-il de se retrouver et de retrouver cette Dordogne qu'ils aiment tant ?

  • Deux enfants dans la Vendée des années 1880.
    Augustin vit chez son oncle métayer ; il est orphelin : sa mère est morte en le mettant au monde sans avoir dit qui était sont père. Élise est élevée au château des établières. Tout les sépare.

    Un jour, pourtant, ils se retrouveront par-delà les épreuves, les révélations douloureuses, les séparations et la guerre.

    L'histoire de cet amour s'inscrit dans un pays qui n'a rien oublié des violences de 1793. La vie est rude, la société rigide. Il faudra à Augustin tout sont courage, toute sa passion de la terre et des bêtes et l'ardeur du sentiment qui le possède pour secouer le poids du passé et devenir l'homme nouveau qu'Élise espérait.

  • En juin 1943, Dominique, un garçonnet de 6 ans, a dû fuir Marseille, sa ville natale alors occupée par les troupes allemandes, pour aller se réfugier à Moustiers-Sainte-Marie avec sa mère et son cousin Gérard.
    Son père, résistant, a été arrêté et déporté. Dans ce coin reculé de Haute-Provence, les bruits de bottes restent lointains et l'on mange presque à sa faim.
    Parfois, il est même possible de remplacer les rutabagas par de savoureuses pommes de terre et il n'est jamais très difficile de se procurer des oeufs, du pain et du bon lait de chèvre qu'on rapporte tout chaud à la maison dans un petit pot en fer-blanc.
    Un roman tendre sur une enfance dont tous les parfums et joies sont reconstitués d'une plume fraternelle.

  • Les larmes de la vigne Nouv.

  • Le principal personnage de cette histoire est une maison plantée sur un plateau aride au lieu dit, autrefois, Rocheflame et, aujourd'hui, Rocsèche.
    Une demeure de paysan, modeste d'apparence, mais forte de ses pierres et de sa charpente, faite pour défier le temps et les passions humaines. Pour cette maison et les terres qui l'entourent, deux hommes, à cinq siècles d'intervalle, vont se battre, pour qu'elle vive et que vive avec elle tout ce qu'elle signifie : la dignité, la liberté, l'amour des êtres et des choses et cette permanence des valeurs fondamentales sans lesquelles il n'est pas de civilisation.

empty