Riveneuve

  • Dix récits fantastiques sur le thème de l'errance. Le réel est bien là, mais très vite, c'est le dérapage et le personnage se perd... Egarements sur les quais d'Exeter, sur les quais de Bordeaux, sur les plages de Soulac l'hiver, dans le désert égyptien, mais aussi au bord du lac Léman, dans un champ de cannes à sucre en Louisiane. Une clinique bordelaise sert de cadre à une étrange expérience. Constantin Cavafy, le grand poète alexandrin de langue grecque se rend ce soir à un bien curieux rendez-vous...

  • L'Europe est-elle soluble dans la matière bruxelloise ? La rationalité à la parisienne, dont l'Europe s'est longtemps nourrie, est-elle compatible avec le surréalisme de la capitale belge ? Le Manteau blanc du Berlaymont suggère les contours de l'un des antagonismes fondateurs de l'Europe, à travers l'histoire d'un couple de jeunes fonctionnaires européens, Thomas et Barbara, sortis tout droit du " moule " parisien et confrontés rapidement à la surréalité belge et au regard d'un autre couple, Sonia et Jan, plongés dans leurs rêves (délires) artistiques et eux-mêmes résultats d'un métissage entre la Belgique et la Bohème, entre Sonia, modèle d'académie, et Jan, étrange sculpteur maniaque enfermé dans le mutisme absolu après ses années de détention pour dissidence sous le régime communiste.

  • Le télescope

    F-P Nizery

    Le Télescope est l'histoire d'une folie, celle d'un homme, Paolo, Breton par sa mère et Toscan par son père, donc amoureux des horizons vides, des déserts d'Armorique et des steppes arides de la campagne toscane autour de Volterra, si dépité par l'échec de sa maison d'édition parisienne qu'il en vient à rechercher la solitude absolue dans une île déserte quelque part au large de la côte sud du Morbihan. Pauline, sa femme, Cévenole et familière du désert protestant, porte la solitude en elle comme une marque de naissance mais ne supporte pas celle du regard sur l'espace vide qui entoure l'île. Son regard à elle est celui posé sur la paroi rocheuse de l'Aigoual, le regard sur un mur, la matière abstraite et éternelle de sa peinture. Car elle est peintre, évidemment. Elle fuira l'île lorsque la folie de Paolo prendra des proportions insoupçonnées au départ. Paolo avait l'habitude d'observer les étoiles avec son télescope. Un jour, tout bascule...

  • Le guerrier venete

    F-P Nizery

    Le Guerrier vénète est une sorte de condensé d'une histoire de la peinture, une histoire de la beauté cachée du monde vue à travers un morceau de vie d'un peintre breton qui puise la matière abstraite de sa création dans les signes mystérieux gravés sur les mégalithes du Morbihan au temps d'avant l'Histoire. Immergé dans son monde, Yann n'est pas pour autant isolé dans sa bulle. La source de son art tient aussi bien du regard de l'Autre sur le chemin de Yann, c'est d'abord celui de sa femme Marie, à la fois fascinée par l'art de son mari et soucieuse de maintenir une distance sans laquelle son regard n'est plus Autre. L'Autre, c'est aussi Johan, l'ami belge, peintre de la ville et du fractionnement des âmes, à l'opposé de Yann, peintre des champs, de la pierre, et de la fusion corporelle et spirituelle. Et puis il y a Gaud, surgie d'un lointain passé sur le chemin de Yann, image de la séduction charnelle et de la tentation mondaine, qui ne réussira pas à détourner Yann du regard de Marie. Enfin, il y a Zacharie, le vieux curé atypique, conteur, sculpteur et pêcheur à ses heures, amoureux tout autant des secrets des mégalithes que des mystères de sa religion, celui dont la parole apaise les antagonismes et offre au regard de ses amis l'image de la réconciliation, ce tableau d'un peintre belge qu'il achète un jour dans une galerie de Vannes. " Ecrit " de la main gauche et de la main droite, il figure une sorte de face-à-face entre deux chevaux cabrés s'opposant l'un à l'autre et séparés par un mur qui semble infranchissable. Peu à peu, à mesure qu'on en prolonge la contemplation, le face-à-face, que le peintre a intitulé " En reflet " comme si le mur empêchait le regard sur l'Autre et ne laissait voir que l'image du regardant, s'efface et se transforme en un visage japonais, symbole de paix et d'unité retrouvée.

empty