• De nos jours, à Trouville, lors d'une remise de médaille pour saluer son action héroïque durant la Libération, Alma est victime d'un malaise. Elle a ces mots : « Pardonne-moi, Lucie... » Car elle porte en elle un secret qui a hanté longtemps son existence hors du commun. En 1944, Alma s'est enrôlée parmi les Rochambelles, ces infirmières et ambulancières de la 2e DB. Elle était au plus près des soldats, de l'Angleterre aux plages du Débarquement, de Paris à l'Allemagne, conciliant son engagement et sa vie de femme.
    Au sein d'une famille désunie, sa petite-fille, Marion, va chercher à remonter le fil du temps et le passé d'Alma, en interrogeant des témoins de l'époque. Afin de savoir qui est Lucie. Et de découvrir le secret coupable d'Alma...

    Un roman à la mémoire de ces héroïnes de l'ombre et de l'Histoire que furent les Rochambelles.

  • En normandie, le destin exceptionnel d'une femme prise dans la tourmente de la guerre.
    Août 1914. louis, instituteur à cheux, près de caen, est mobilisé. il laisse derrière lui son épouse, hélène, et son fils pierre, qui partent rejoindre la mère de la jeune femme dans sa ferme. là, loin du bruit et de la fureur du front, hélène et sa famille luttent sans répit pour survivre malgré l'absence de bras, tout en attendant avec angoisse des nouvelles du soldat. les années passent. louis est-il toujours vivant ? disparu ? des personnages attachants, gouvernés par la loi des saisons et les travaux des champs, se croisent sur fond de passions et de deuils.
    Yves jacob dresse ici un tableau saisissant du monde rural au début du xxe siècle.

  • « Paysan, je vis depuis quatre-vingt-huit ans sur une terre à cailloux. Chaque jour j'écris mes pensées. Raconter ma vie, c'est pour moi un peu comme baratter mon beurre, le même baratin, sauf que c'est moins difficile pour les bras. Des pensées me préoccupent, comme celle des gens qui sont trop vivants aujourd'hui et notre terre qui devient morte. Bien sûr, bientôt je serai débagagé, parti pour de bon. En laissant une trace minuscule de moi, je souhaite seulement que l'on se souvienne que je n'ai rien voulu du bonheur et je l'ai rencontré quand même, en regardant mes vaches ne manger que de l'herbe et des fleurs. » Paul Bedel raconte comment, en trois décennies, un monde rural, immobile ou presque depuis des siècles, a disparu. Un chant d'amour pour la terre.

  • Au domaine du Paradou, perché sur une falaise normande, les d'Hocquelus ont fait du bonheur un art de vivre. Fous de jardins et d'une fantaisie inégalable, ils ont jugé artistique d'adopter trois fillettes d'une rousseur toute préraphaélite. Morag, Felicity, Bonnie. On parle anglais à table, on travaille dans les sept jardins, on reçoit des artistes. Mais, en août 1939, un peintre célèbre est assassiné au Paradou. Et l'inspecteur chargé de l'enquête n'est autre que l'ancien fiancé de Morag. Qui est le coupable ? Dora, l'épouse et artiste brimée ? Jiddu, l'Indien énigmatique ? Ou la « reine mère », prête à se débarrasser de ce gêneur comme d'un arbre mort qui masquerait la vue sur la mer ? La déclaration de guerre et l'étrange disparition de Morag et Jiddu vont retarder la découverte de l'assassin. Et celle des secrets de la famille...
    Un univers à la Agatha Christie, une plume teintée d'humour et d'excentricité.

  • Entre Saint-Valery-en-Caux et Dieppe, la famille des du Bois Jusant habite un château construit, deux siècles plus tôt, sur une île plantée au milieu d'un marais, paradis naturel pour les oiseaux. En mai 1944, tombe du ciel un parachutiste canadien qu'il faut cacher de l'occupant allemand. Mais où ? Si le château est vaste, il n'a pas dévoilé toutes ses trappes secrètes. Comme celle que Tarquin, le fils, découvre un jour par hasard dans l'étrange carré de lettres, le « carré sator » (« le semeur »), scellé dans le mur de la grande cheminée... Le soldat, ornithologue amateur, n'oubliera jamais - comment le pourrait-il ? - ni le marais, ni cette famille de Bécasseaux qui l'a ramené parmi les vivants, caché, soigné et pour finir sauvé, ni « le mystère du lieu, et du secret à l'intérieur du mystère... ».
    En 1953, sur son lit de mort, il parle à son fils du remembrement menaçant les Bécasseaux du marais, qui d'après lui, seront les victimes « du Pèze, du Fric et du Saint-Profit ». Le jeune homme, biologiste, décide d'aller découvrir ce marais normand et de partir à la rencontre de cette famille hors du commun...

  • Eté 1927. Unie à Henri par une passion toujours intacte, Pauline mène une vie douce entre les siens et le haras des Tilleuls, un des plus réputés de l'Eure. Seule ombre : la crainte mêlée d'aversion de Fanfan envers son père en raison de son visage mutilé par la Grande Guerre. Ce bonheur presque tranquille vole en éclats pour Pauline lorsqu'elle intercepte une lettre de l'hôpital Sainte-Anne à Paris : un patient amnésique et paralysé à la suite d'un traumatisme de guerre affirme s'appeler Julien Vautier. Dès lors, d'anciens soupçons de Pauline renaissent : celui qui habite la ferme familiale, Julien, son frère chéri, serait-il un imposteur ?
    Pour la première fois depuis son mariage, Pauline agit en cachette d'Henri. Bientôt, la jeune femme est placée devant un cruel dilemme...

  • Alice et Lana. Duo inséparable que la guerre et les privations ont lié depuis l'enfance. En ce début des années 1950, la présence des GI's embrase la vie locale. Ce qui fait le bonheur de la douce Alice qui tient le Snack Bar à Rouen et de l'irrésistible Lana, experte en charme et marché noir.
    Parmi les soldats, il y a Bayard SaintMartin. Enfant des bayous, il ne s'attendait pas à hériter un jour d'une vaste ferme normande. Encore moins d'un cadavre... Pour les beaux yeux d'Alice et de Lana, et par amour pour cette terre pittoresque qui deviendra sienne, Bayard, le bien-nommé, va mener son enquête. Remontent alors en lui les souvenirs douloureux de sa jeunesse en Louisiane, auxquels se mêlent bientôt les remugles des années noires de l'Occupation...

    Un roman généreux dédié à une jeunesse en quête de dignité.

  • Une taiseuse doublée d'une colérique. Ainsi est Pauline, dix-sept printemps, qui a hérité de son père, fermier normand, l'amour de la terre et des bêtes. Dans ce village du Calvados, la guerre comme partout a mobilisé les hommes mais aussi les chevaux. Pompon, fier percheron avec lequel elle a grandi, est parti rejoindre le front pour tirer les trains d'artillerie. Une déchirure pour Pauline, bien plus affectée par cette séparation que par le départ de Julien, le « frère maudit ». C'est aussi le coeur chaviré qu'elle revoit par hasard Henri d'Herfeuil, amour secret et impossible, la veille de son départ pour la Somme.
    Trop d'attente, trop de doutes sèment le désarroi dans le coeur de Pauline qui ne trouve plus sa place dans la ferme familiale... Une lettre d'Henri va décider de son destin. En 1917, elle s'engage en tant qu'infirmière bénévole dans la Marne.
    En côtoyant au plus près la guerre et tout ce qu'elle pulvérise - l'espoir, les vies, les familles -, Pauline peut-elle encore croire aux miracles ?

  • A trois ans, Marie vagabonde en haillons avec son jeune frère et sa mère alcoolique et survit en récoltant moules et escargots qu'ils revendent au plus offrant ; à onze ans, elle entre en apprentissage dans une ferme ; à seize ans, elle gagne son premier salaire. A la veille de la déclaration de guerre, Marie rencontre Julien, qui lui fait un enfant avant de disparaître de sa vie, mais pas de son coeur.
    Séparation, deuils, situations incroyables mais réelles se succèdent dans l'existence de cette femme ordinaire et pourtant exceptionnelle, confrontée malgré elle aux tourments de son siècle.
    S'appuyant sur les souvenirs d'une paysanne originaire du Bessin, Marie sans terre fait revivre le monde rural de 1917 à 1950.
    />

  • 14 juillet 1944.


    En Normandie, comme en Italie et sur le front russe, des millions d'hommes jeunes venus de tous les continents se battent et donnent leur vie afin de débarrasser l'Europe de la bête nazie.


    À Saint-Romain, village de riche campagne, chacun s'est adapté, à sa façon, à l'occupation allemande. À l'ordre du jour : le concours de boules lyonnaises qui attire les champions régionaux que l'on vient admirer et qu'il faut bien recevoir. C'est si loin, le bocage normand où combattent des hommes pour libérer la France !


    La libérer de quoi ?


    Dans l'indifférence générale, deux jeunes résistants contrarient le confort de tous en attaquant un train.


    Au fur et à mesure que la journée s'avance et que ces résistants vont au bout de leur destin, d'autres poursuivent sans remords leur vie quotidienne pépère. Débrouillardise, bonne chère, sexe et loisirs participent à la fête de la Nation tandis qu'à deux pas, dans un paysage de paradis terrestre, coule le fleuve tranquille.


    Jean-Louis Bellaton donne de l'épaisseur à tous ses personnages. Il restitue avec talent et sensibilité le climat si particulier de cette période.

  • Les Egliers : un grand domaine en Normandie, dans le Perche.
    Un homme jeune et vigoureux qui exploite avec sagesse ses terres, ses prairies, ses troupeaux : Patrick Le Hénin. Et soudain l'irruption d'une femme flamboyante, rousse, Irène, représentante en machines agricoles ; elle a de l'ambition. Elle a tôt fait de devenir Madame Le Hénin. L'heure est à l'élevage industriel du cochon. Irène entraîne Patrick dans le tourbillon de la modernisation. Amour ? Passion de l'argent et du pouvoir ? Tous les ingrédients du drame sont réunis pour qu'explosent solidarités villageoises et vieilles amitiés.
    Le ciel s'en mêle, le jour où une tornade dévaste le pays. L'orgueilleuse Irène relèvera le défi - mais seule...
    Une histoire dans la campagne d'aujourd'hui : une histoire forte, celle d'un scandale dans un monde âpre et violent.

empty