• - le judaïsme ? mais c'est de l'hébreu pour moi! - mais non, voyons.
    Il s'agit de judaïsme pour débutants.
    - tout de même. un sujet pareil. en petits dessins. et avec des bulles. ciel ! - " la torah n'est plus dans le ciel. elle nous fut donnée au mont sinaï et nous n'avons plus à prêter attention à une voix du ciel ! " (le talmud. ) - torah. torah. mais c'est quoi la torah ?
    - c'est bien ce que je vous disais. lisez ce livre. d'ailleurs nos sages disent : " celui qui ne cherche pas à s'instruire n'est même pas digne de vivre ! " avec ses dessins et son texte, charles szlakmann a relevé un défi de taille : exposer les principes et l'histoire de l'une des grandes religions monothéistes avec tant d'humour et de simplicité que le lecteur le moins averti sera tenu en haleine et ne refermera ce livre qu'avec la certitude d'avoir tout compris.
    Paru initialement en 1985, ce livre n'a pas pris une ride. il est réédité accompagné d'un second tome inédit qui en constitue la suite, tout aussi indispensable, consacrée au " regard juif sur le monde ".

  • Sauvages, domestiques, familiers et aquatiques : initiez-vous au dessin d'animaux sur le vif, un art s'inscrivant dans la longue tradition du croquis en plein air tel que l'ont pratiqué tous les grands peintres. Cet ouvrage richement illustré vous invite à croquer les animaux dans leur contexte, partout où vous pourrez les observer : dans les champs et les rues, à la ferme, dans les zoos et les aquariums...

    Si dans d'autres thématiques le sujet est généralement immobile - architecture, paysage ou modèle vivant -, le croquis animalier est tout en mouvement. Il faut donc être capable de dessiner très rapidement, mais la récompense est là : le monde animal offre une infinie diversité de formes, de couleurs et de postures. C'est ce qui a fasciné l'auteur et qu'il vous transmet ici avec plaisir.

  • - et que fait dieu depuis qu'il a achevé la création du monde ?
    - ii organise des rencontres en vue mariage.
    - . ? mais, dieu est si grand, en quoi nos petites affaires peuvent-elles l'intéresser ? - eh bien, justement, rien ne l'intéresse davantage. dieu est grand, mais l'homme aussi est grand. c'est dieu lui-même qui le dit. aussi lui impose-t-il une série de directives dans tous les domaines, et il tient absolument à ce qu'on les suive : comment parler à son prochain, comment se conduire avec sa prochaine, quelle place accorder à l'argent, que faire pour être vraiment libre, etc.
    - mais pourquoi ? la vie est déjà assez compliquée. - c'est afin que l'homme devienne plus humain, et la terre plus habitable. - je sens que je vais en perdre mon hébreu, si j'ose dire. pourrais-tu au moins m'en faire un résumé ? - eh bien, maintenant, va et étudie! ce livre est fait pour toi. vingt ans après la première édition de son fameux judaïsme pour débutants, charles szlakmann propose ici une suite, tout aussi indispensable.
    Dessins à l'appui, il expose avec humour et simplicité, mais aussi avec précision, les éléments fondamentaux de la religion juive. complétant la présentation des concepts de base du judaïsme faite dans le tome 1, le second s'attache à décrire le regard que porte la tradition juive sur la société, le rapport à l'autre et la condition humaine en général.

  • Moïse

    Charles Szlakmann

    Taiseux, mais enseignant infatigable ; d'un commerce rugueux, mais toujours prêt à la discussion ; chef malgré lui, bègue, Moïse (1393-1273 av. J.-C.) n'en finit pas de défier les millénaires. Ainsi, l'homme qui s'est dressé contre le tyran, à la tête d'une poignée d'esclaves, suscite-t-il, aujourd'hui encore, la polémique et reste pour beaucoup source d'inspiration. Figure politique, il est devenu l'icône des mouvements de libération démocratiques, de Benjamin Franklin à Martin Luther King sans oublier les auteurs de la Déclaration des droits de l'homme. Charles Szlakmann, spécialiste de l'histoire du peuple hébreu et de la religion juive, nous dresse de celui dont Flavius Josèphe disait qu'il était " persuadé d'être inspiré par Dieu " un portrait sans concession : saisi dans son épaisseur humaine, avec ses colères, ses doutes, son pessimisme, sa droiture absolue, son inextinguible soif de justice, - et qui doit tout aux quatre femmes de sa vie...

  • A l'heure où les religions suscitent à nouveau le débat public, il nous a paru utile de proposer cet ouvrage sur le patrimoine juif de France, synagogues, musées et objets de culte. Ce livre est un guide touristique et culturel, fruit de multiples voyages et rencontres. Ont ainsi été sélectionnées les synagogues les plus intéressantes au plan historique et artistique. Elles présentent une incroyable diversité architecturale, depuis le Roman médiéval jusqu'à l'Art nouveau et le Bauhaus, en passant par le Baroque et le Rococo.
    C'est donc tout un pan de l'histoire de l'art, mais aussi de l'histoire de la France que nous évoquerons, avec ses aspects tragiques mais aussi ses périodes heureuses. Bref, décrire le patrimoine juif, c'est inviter le lecteur à un voyage dans l'espace et le temps.

  • La violence est là.
    Et avec elle l'insécurité. Mais sur les causes de la délinquance, nous avons tous entendu un certain nombre de discours convenus, qui ne s'accordent pas avec les faits. Ceux-ci sont pourtant têtus. Et l'auteur explore systématiquement les chiffres, les enquêtes, les statistiques. Ses conclusions surprennent : non, le chômage n'engendre pas nécessairement la délinquance. Non, les voleurs ne dévalisent pas les riches, mais bien souvent les pauvres.
    Non, ils ne volent pas pour manger, mais pour s'approprier des objets de luxe, revendables ou non. Beaucoup d'intellectuels ont traité par le mépris le simple désir des Français de vivre en paix, qu'ils ont condamné sans appel sous le nom d'idéologie sécuritaire". En revanche, nos clercs ont légitimé la violence et idéalisé le délinquant, en le confondant avec un Robin des Bois luttant pour la justice sociale (souvenons-nous de Mesrine).
    La réalité est moins glorieuse. A force de vouloir détruire la Loi, on a tué chez certains jeunes tout respect de l'autre et du bien d'autrui. C'est là qu'est la racine du mal. Un mal qui laisse à la jeunesse un goût de désespoir et de violence, parce qu'il leur a fait perdre ces quelques repères sans lesquels il n'y a pas de société démocratique possible.

empty