Armand Colin

  • 2e édition
    libération de la tutelle perse pour les uns, changement de maître pour les autres : la conquête d'alexandre modifie profondément la situation politique de l'anatolie à partir de 334 av. j.-c. la mise en place de nouveaux états après sa mort, l'émergence de royaumes indigènes hellénisés au nord et à l'est, le maintien de rares cités indépendantes, les invasions galates constituent autant de source de conflits, au point que la guerre paraît omniprésente dans l'histoire de l'anatolie hellénistique. mais les bouleversements politiques ne signent pas la mort de la cité grecque, qui parvient le plus souvent à trouver sa place dans le concerts des états hégémoniques : mais le modèle civique reste suffisamment enviable pour que de nombreuses communautés indigènes cherchent à obtenir des rois le statut privilégié de polis. l'irruption de rome dans les affaires d'asie mineure au début du iie siècle, modifie encore une fois la situation. le cycle d'exploitation qui s'ouvre après la création de la province d'asie entraîne des violences sans fin (guerres de mithridate) qui laissent les cités exsangues à la veille de la bataille d'actium en 31 av. j.-c.
    maurice sartre, professeur d'histoire ancienne à l'université de tours, membre senior de l'institut universitaire de france, est spécialiste de l'histoire de la méditerranée orientale aux époques hellénistique et impériale. il y a consacré plusieurs ouvrages : l'orient romain (seuil, 1991), l'asie mineure et l'anatolie d'alexandre à dioclétien (armand colin, 1995) et d'alexandre à zénobie. histoire du levant (fayard, 2001).

  • Le livre trace l'histoire de l'Asie mineure et de l'Anatolie, depuis la conquête d'Alexandre jusqu'aux réformes de Dioclétien (334 av. J.-C.-284 ap J.-C), en limitant au strict nécessaire les questions politiques et militaires, et en mettant l'accent sur les phénomènes sociaux, économiques, culturels et religieux. Le plan est à la fois chronologique et thématique.

  • 2e éditionUne présentation de l'histoire et de l'évolution des pays qui bordaient la Méditerranée du IIIe siècle avant J.-C. au IIIe siècle après J.-C. , de la Grèce à la Péninsule Ibérique, de l'Empire Carthaginois à la Gaule. Montre les continuités, les courants d'échange et les influences entre les deux bassins méditerranéens.
    Les Méditerranées (IIIe-Ier s. av. J.-C. ). Des temps de violence (IIIe-IIe s. av. J.-C. ). Échanges et mutations (IIIe-Ier s. av. J.-C. ). La Méditerranée impériale. Les Méditerranéens : sociétés indigènes et traditions locales. La Méditerranée exploitée : les activités économiques. Mare nostrum.

  • Après plus d'un demi-siècle d'anarchie politique et militaire, l'arrivée au pouvoir de Dioclétien (244-311), soldat sorti du rang, a permis un redressement spectaculaire de l'Empire romain. Soucieux d'assurer la continuité du pouvoir impérial, Dioclétien a mis en place un système politique original, la tétrarchie, associant deux Augustes (Dioclétien, Maximien) et deux Césars (Constance Chlore, Galère). Dorénavant, l'Empire est partagé en quatre zones (Asie/Egypte; Italie/Afrique/Hispanie; Illyrie/Danube; Bretagne/Gaule).
    L'ouvrage montre comment en vingt et un ans de règne, Dioclétien a réalisé de très importantes réformes politiques et administratives, fiscales et monétaires qui ont transformé en profondeur le monde romain entre 284 et 311. Malgré une action efficace, le « système tétrarchique » de Dioclétien n'a pas résisté au retrait volontaire  de son fondateur. Il faudra plus de vingt ans pour que la stabilité revienne, avec l'arrivée au pouvoir d'un empereur unique, Constantin.
    L'auteur, spécialiste de l'Empire romain tardif, propose ici une biographie fouillée et originale qui met en avant le poids de cette figure unique, mêlant réalisme et utopie, liée à jamais à l'expérience inédite du pouvoir partagé.               

empty