Tredaniel

  • Pour le quarantième anniversaire de sa disparition le 11 mars 1978, un ouvrage qui présente dans leur totalité les « vraies premières versions originales » de Claude François. Une façon de rendre hommage au flair musical de cet artiste complet et accompli.

  • Rien ou presque n'a été dit ; comme si tout avait été caché, dissimulé.
    Oui, Claude François n'est pas qu'un chanteur à paillettes des seventies, un blondinet-bondissant pour minettes débiles avec des refrains idiots. Sur l'art qui a fait connaître cet artiste, la matière première qui nous l'a fait connaître, personne, quasiment avant le présent ouvrage, n'a, expliqué son travail.
    Nous ne savions pas à quel point son inspiration, son flair ont puisé dans le meilleur du répertoire anglo-saxon, ce qui donna chez lui d'excellentes versions françaises n'ayant pas à rougir, contrairement aux idées reçues, devant l'original. Mais aussi, pourquoi n'a t'on jamais su que c'était un vrai musicien, un jazzman qui savait de quoi il parlait quand on causait rythme ternaire. Et ses textes, qui parlent de l'enfance, de l'écologie, de la peine de mort, du mal de vivre, de la Guerre Froide et bien sûr, de l'amour : rien.
    Pourquoi n'a t-on jamais su, qu'en écoutant plus de 70% des chansons de cet artiste nous entendions - bien arrangés et produits - du Ray Charles ou du James Taylor ? Pourquoi ignorions-nous à ce point, et sans l'ombre d'un doute que, sans le savoir, nous fredonnions des mélodies d'Erroll Garner, de Stevie Wonder, de Glen Campbell ou de Jimmy Cliff ; que nous savourions du Cat Stevens comme du Michael Jackson ou encore du Bob Marley ?
    Pour les Everly Brothers, Trini Lopez, les Four Tops et les Supremes de Diana Ross on a su, un peu. En effet, c'était tellement gros que les identités des adaptations que fit Claude François de leurs titres, ainsi de Belles, Belles, Belles, Si j'avais un marteau, J'attendrai ou C'est la même chanson, ne pouvaient passer inaperçues. Ce qui permit de fournir un involontaire alibi aux pourfendeurs de l'artiste ; ces petits arbres qui cachent la forêt, là où, au fond des sillons noirs des 33 tours se nichent, comme timides et calfeutrés, des chefs-d'oeuvre inconnus.

empty