• En 1984, Arletty accepte de raconter quelques épisodes de sa vie et de sa carrière à un journaliste avec lequel elle a sympathisé.
    Ces conversations informelles nous entraînent de l'enfance à Courbevoie aux débuts de mannequin de Léonie Bathiat, devenue Arletty au boulevard, puis vedette à l'écran.
    Arletty évoque les personnages qui marquèrent sa vie - dont Ève Lavallière, Paul Poiret, Rip, Dranem, Guitry, Cocteau, Jacques Prévert, Marcel Carné, Colette, Michel Simon, Robert Le Vigan, Céline - et les films dont elle fut la protagoniste pendant trente ans : "Pension Mimosas", "Désiré", "Hôtel du Nord", "Le Jour se lève", "Fric-Frac", "Madame Sans-Gêne", "Les Visiteurs du soir", "Les Enfants du paradis".
    Sur cette carrière exceptionnelle, Arletty promène un regard amusé, toujours vif. « L'important, disait-elle, c'est le scénario. Le verbe est tout. Garance, c'était un rôle si bien écrit que cinquante actrices auraient pu le jouer aussi bien que moi ! »

  • Venise, 1741.
    En plein automne, à quelques semaines de la fête de la Salute, la terre se met à trembler, les flots envahissent la Piazza San Marco, des incendies éclatent et un cimetière paroissial s'effondre, tandis que les squelettes des morts surgissent à la surface. Une atmosphère de fin du monde s'installe dans la cité des doges. C'est à ce moment qu'arrive à Venise une noble dame française, Madame d'Urfé, alchimiste et cabaliste. Elle fait venir de Prague un mage qui affirme pouvoir sauver la Sérénissime grâce à l'aide des esprits élémentaires. Ces deux personnages sulfureux ne sont-ils animés que de bonnes intentions ?
    Flavio Foscarini, un nobiluomo curieux de nature, en doute, et il enquête, aidé par son épouse levantine, Assin, et son ami l'écrivain Gasparo Gozzi, tandis que les événements les plus dramatiques se succèdent dans une Venise en proie à la peur, aux superstitions et aux meurtres mystérieux.
    Après le succès de La vestale de Venise, on retrouvera le trio d'enquêteurs dans ce deuxième thriller historique qui passionnera les amoureux de la Sérénissime en pleine glorieuse décadence.

  • La Vestale de Venise nous entraîne dans le tourbillon du carnaval de la Venise déclinante du XVIIIe siècle, où le comte Flavio Foscarini, aidé de son jeune ami le poète Gasparo Gozzi, va mener l'enquête sur une succession de meurtres dont les victimes sont toutes des hommes influents de la cité.Au fil des meurtres et de l'enquête, nous découvrons les multiples visages de cette Venise qui brille encore de mille feux, aux moeurs raffinés et aux palais luxueux mais dont la structure sociale commence à vaciller. À travers un mélange de personnages de fiction et d'autres ayant réellement existé, l'auteur décrit aussi une Venise tenue par les hommes, domination dont certaines femmes au caractère bien trempé chercheront à s'affranchir, ce qui ne sera pas sans conséquence sur l'intrigue.Écrite dans un style riche très descriptif, cette intrigue policière marie habilement l'histoire de la Sérénissime avec la modernité d'un sujet particulièrement actuel, la place de la femme dans notre société.

  • La cité des Doges leur appartient ; s'ils goûtent avec volupté le soleil dans la journée au détour des ruelles et placettes, les chats de Venise vivent la nuit de bien étranges métamorphoses. Sur les Zattere, dans le Ghetto, à deux pas de San Rocco, à l'Accademia, au Rialto comme à La Fenice, dans les palais du Grand Canal ou sur l'île de Torcello, les chats sont ici partout chez eux, et se mêlent aux humains pour les entraîner dans une ronde insolite abolissant le temps.

    Avec les chats, le fantastique n'est jamais loin, surtout lorsqu'ils évoluent dans la plus mystérieuse ville du monde.
    Et si les chats étaient véritablement l'âme secrète de Venise ? C'est la réponse que nous donnent ces nouvelles et récits qui enchanteront aussi bien les amants de la Sérénissime que les inconditionnels de la gent féline.

  • Max Schreck, Lon Chaney, Terence Fisher, Fay Wray, Conrad Veidt, Bela Lugosi, Mario Bava, John Carradine, Christopher Lee, Freddie Francis, Peter Cushing, Vincent Price, Alfred Hitchcock, Stanley Kubrick, Tod Browning, John Carpenter, George A. Romero, Peter Lorre, Basil Rathbone, John Gilling, Jimmy Sangster, Lucio Fulci, Barbara Steele, Wes Craven, Dario Argento. Que peuvent avoir en commun tous ces noms ? Ils figurent tous au panthéon de l'épouvante et se disputent le titre envié de " roi de la terreur ". Nous leur devons de délicieux cauchemars, et nombre de nuits blanches à redouter d'entendre une porte grincer ou un parquet craquer sans raison apparente. Le Dictionnaire du Cinéma d'épouvante présente tous les grands créateurs et les films mythiques du fantastique (Alien, Le Cauchemar de Dracula, Scream, Les Griffes de la nuit, Suspiria, La Fiancée de Frankenstein, L'Au-delà, Le Fantôme de l'Opéra, La Féline, La Momie, La Chute de la maison Usher, etc.) qui ont donné vie aux personnages mythiques de Dracula, Jack l'Eventreur, Frankenstein, Hannibal Lecter, Leatherface, Freddy Krueger, Michael Myers...

  • Méphisto, alias Toto la Terreur, n'est pas un chat comme les autres : il parle, comme il l'a déjà prouvé dans deux livres : Parole de chat ! (1998) et Plus chat que moi... (2000). Depuis, son dialogue avec Robert de Laroche se poursuit chaque mois dans les colonnes du magazine 30 millions d'amis.
    Ce sont cent chroniques humoristiques mettant en avant la complexité de la relation unissant l'homme au chat qui sont ici rassemblées, pour la plus grande joie des nombreux « fans » de Toto la Terreur, chat bavard, follement imaginatif, adorable tyran à quatre pattes érigeant la mauvaise foi en principe, et doté d'un caractère bien trempé, mais qui craque dès qu'il entend le mot « crevette » !

    L'émotion pointe parfois le bout du museau, mais c'est l'humour qui domine dans ces dialogues à l'emporte-pièce. Le franc-parler du chat Toto la Terreur prouve par le rire la richesse de la communication entre eux et nous.

  • Si la Tour Verte est une maison d'édition, elle est avant tout une demeure cachée dans un petit bois de la campagne normande, abritant un jardin secret où ont toujours vécu les chats de l'auteur. C'est le domaine de Méphisto, dit Toto la Terreur, bien connu des lecteurs de 30 millions d'amis, mais aussi d'autres chats tout aussi attachants, Cléo, Bidule, Pacha, Minette, Mélusine, Oscar, Mina et d'autres encore, qui se décident enfin à nous conter leurs souvenirs et leurs exploits, aidés par leur « porte-plume » favori, ou si vous préférez, leur « humain de compagnie » attitré !

    Récits, dialogues, nouvelles, contes, poèmes : les chats de la Tour Verte ont plus d'un tour dans leur sac pour vous entraîner dans leur univers fait de mystère, d'émotion, d'humour, de tendresse et d'insolite ; un cocktail irrésistible qu'apprécieront sans modération tous les amoureux de la gent féline.

  • Sphinx miniature, vivante énigme, ronronnant mystère, le chat semble jouer de son image, s'amusant à dresser sa queue en point d'interrogation, soulignant lui-même non sans malice ce qu'il incarne pour nous : l'incursion prodigieuse et somme toute paisible d'un félin, cousin des grands fauves, au sein de nos foyers. Un mélange inouï de tendresse et de sauvagerie.

    « Dieu a fait le chat pour donner à l'homme le plaisir de caresser le tigre », écrivait Méry, rapportant cette confidence de Victor Hugo, tout en observant Chanoine, le matou bien-aimé du grand homme, trônant sur un coussin placé sous un dais de velours rouge.

    Tigre ou chat, deux extrêmes, mais une même famille, et une vaste question qui n'a pas fini de faire fantasmer les amateurs de légendes, tandis qu'elle mobilisait les chercheurs : qui est-il donc, ce chat domestique ? D'où vient-il, et depuis quand s'est-il attaché à l'homme ?

  • L'enchatclopédie

    Robert de Laroche

    • Archipel
    • 10 Novembre 2010

    Cette encyclopédie illustrée caresse le félin dans tous les sens du poil. Chats sauvages et domestiques, chats mythiques et folkloriques, Robert de Laroche les passe tous en revue, célèbrant leur influence dans les sciences, les arts, et livrant des anecdotes fameuses ou méconnues. On y trouve entre autres :- les records félins : le chat le plus gros, le plus vieux, le meilleur sourial-killer... - un panthéon félin, du Li-shou chinois au Patripatan indien et à la Freyja scandinave.- un glossaire du « miaou » : mjau (norvégien), miyau (hébreu), nyaa (japonais)...- une bibliographie féline, de Loti et Boulgakov à Doris Lessing et Anny Duperey.- toutes les races de chats illustrées, de l'Abyssin d'Éthiopie au York Chocolate américain, en passant par le Manx sans queue de l'île de Man- la cote des noms de chats, de Minou à Pompon en passant par Grisette- un lexique chat/français, car Minou est capable d'émettre jusqu'à 13 voyelles et 8 consonnes !- un Who's who des chats de rois, de papes (celui de Benoît XVI s'appelle Chico), de cardinaux et d'hommes politiques (Miquette était celui de Pétain)...- des synonymes : greffier, miton, marlou, maraud, régate, raoul, mistoufle.- l'annuaire des chats marrants, de Dubout à Geluck, en passant par Hercule et Azraël Et aussi : une filmographie, des citations, des proverbes et superstitions...

  • Au sud du département de l'Eure, les seize communes du Pays de Damville forment un échiquier de verdure autour de la bourgade qui a donné son nom au canton. Cette région de plaine, traversée par le cours et la vallée de l'Iton, couvre un peu plus de 180 km2. Lié à l'histoire du duché normand, le pays de Damville, riche de deux châteaux prestigieux - Chambray et Hellenvilliers - possède en outre un beau patrimoine civil et religieux : mottes féodales, églises, manoirs, fermes, halles, lavoirs, vieilles demeures, moulins, colombiers, pressoirs, ponts, calvaires, qu'il faut aller découvrir à l'occasion de promenades et randonnées dans un cadre rural préservé, voué depuis toujours à l'agriculture.

  • Qu'ont en commun Venise et sa lagune, la forêt normande, le ghetto de Prague, un îlot des Philippines, le métro parisien et la campagne anglaise ? Rien, sinon le fait de devenir territoires d'inquiétude, pour peu que le démon de l'étrange vienne les visiter. Un morbide peintre de vanités, un jardinier trop épris de ses plantations, un verrier de Murano visité par l'inspiration, une femme vampire pitoyable et d'autres personnages hantés par un destin hors pair côtoient créatures mythiques et divinités païennes, dans une mémorable danse macabre.

    Après Trompe-l'oeil, l'auteur confirme son goût pour la nouvelle fantastique, en nous promenant d'un récit à l'autre entre deux rives, du quotidien le plus souriant à la peur et à l'effroi, grâce à une plume trempée dans une encre maléfique, à la manière noire.

  • Méphisto, dit Toto la Terreur, vous connaissez... Ce jovial matou noir et blanc, au caractère bien trempé, a déjà commencé à raconter ses aventures dans Les mots de Toto. Voici de nouvelles chroniques humoristiques où ce chat bavard renvoie gaiement la balle à son « humain de compagnie » pour apprendre à mieux se connaître et se comprendre.

    Entouré de sa soeur Minette, de leur fille Mélusine et de ses petits neveux Oscar dit Kiki et Mina, Toto reprend la parole avec son sens habituel de la repartie. Un chat qui parle ? Les humains en prennent pour leur grade, mais c'est pour rire - et surtout pour en savoir plus sur le comportement du chat, histoire de mieux vivre ensemble, en toute harmonie.

empty