Oxus

  • Les Tuileurs et autres traités encyclopédiques ont déjà tout révélé des secrets des hauts grades. Tout cela est connu, écrit, publié et à portée de main et d'yeux. Mais tout cela est vain. Ce sont des savoirs sans connaissance, des données sans idées, des tas qui ne forment aucun tout. Le présent livre entend se débarrasser de ces formalismes pour aller se promener, l'esprit et l'âme ouverts, dans ce paysage mythologique qu'offre le Rite Écossais Ancien et Accepté. Une belle échelle de Jacob reliant Ciel et Terre, l'Absolu et le relatif, l'Océan et ses vagues. Trente-trois mythes sont offerts à méditation, à rumination, à herméneutique. Ils semblent parfois n'être qu'une collection hétéroclite, mais il n'en est rien ! Ce livre le démontre de la plus joyeuse des manières : au fil d'une belle randonnée spirituelle, un pèlerinage, comme un « chemin de jacquaires » qui auraient oublié leurs croyances mais qui chercheraient la voie vers ce qui dépasse infiniment l'homme.

  • Prométhée, qui vola le feu aux dieux, fut enchaîné au sommet du Caucase tandis qu'un aigle lui rongeait le foie.
    Pour avoir goûté au fruit défendu, Adam et Eve furent chassés du Paradis... De Don Quichotte à Buffalo Bill, d'Icare à Luke Skywalker, le héros de La guerre des étoiles, les mythes sont éternels. Au-delà des religions et des frontières, ils sont l'expression de la sagesse des peuples. Incrustés dans notre système de pensée comme " les tessons de poterie dans un site archéologique ", ils interprètent les mystères de la vie.
    Ils sont notre lien avec le passé, ils nous aident à comprendre le monde d'aujourd'hui et à nous comprendre nous-mêmes. " Le mythe est le rêve de l'humanité, le rêve est le mythe de l'homme... "

  • Le grand trépied mythique et mystique sur lequel repose tout l'édifice symbolique et spirituel de la Franc-maçonnerie régulière et universelle se résume en trois idées qui ont entre elles des relations extraordinairement riches : l'architecte parfait et initié accompli qu'est Hiram, le Temple de pierres de Jérusalem, sur le mont Moriah, et le roi Salomon qui incarne la Sagesse la plus profonde et représente le Divin parmi les hommes. Chacun de ces trois piliers trouve sa racine dans les livres des Rois et des Chroniques de la Bible hébraïque, une des trois grandes Lumières de la Franc-maçonnerie, avec le Compas et l'Équerre. Toute la construction du livre s'élabore en trois temps. Dans un premier temps, il s'agit d'étudier en profondeur chacun des trois piliers du mythe fondateur de la Franc-maçonnerie, indépendamment des deux autres : Hiram, le Temple et Salomon. Il s'agira de décrire, de scruter et d'interpréter leur origine biblique, leur posture maçonnique et leur signification symbolique. Dans un deuxième temps, il conviendra de regarder le message philosophique et mystique porté par leur mise en oeuvre au sein du rituel d'élévation à la Maîtrise, d'abord, et leurs développements dans les rites initiatiques liés aux degrés supérieurs. Dans le troisième et dernier temps de l'ouvrage, sera tentée la synthèse de tous les chapitres antérieurs sous la forme d'une cosmologie (qu'est-ce que la Nature du Tout vue au travers du Temple ?), d'une théologie (qu'est-ce que l'Esprit du Divin vu à travers Salomon ?) et d'une anthropologie (qu'est-ce que la Logique de la Vie vue à travers Hiram ?) propres à la Franc-maçonnerie régulière universelle.

  • Cet ouvrage expose de façon synoptique mais exhaustive le Rite Écossais Ancien et Accepté en rassemblant des informations, souvent éparses. Il permet une consultation rapide des spécificités d'un degré donné. Il ne révèle rien qui ne doive l'être. Cependant quelques considérations personnelles sont présentées ainsi que des planches hors texte réalisées spécialement à cette intention. Elles ont pour unique but de toujours susciter la réflexion sans jamais vouloir donner une vérité. Il n'est pas besoin d'expliquer à ceux qui savent. Il n'est pas besoin d'infléchir ceux qui cherchent. Ce manuel contient : quelques thèmes de réflexion se rapportant au Rite Écossais Ancien et Accepté ; la présentation synoptique des trente-trois degrés ; de multiples photos et dessins originaux ; un ensemble de planches hors texte. L'évocation de chaque degré rappelle : le titre du grade ; la légende du grade (légende qui n'apparaît qu'à partir du troisième degré) ; les mots, âges et heures d'ouverture et de fermeture des travaux ; les décors du grade ; la disposition du Temple ; l'éthique du grade ; une série d'objets spécifiques approchés en tant que symboles et éléments de réflexion ; quelques premiers sujets de méditation. Ces informations soulignent l'extrême richesse du Rite Écossais Ancien et Accepté au niveau : des symboles et des légendes ; des thèmes de réflexion ; de l'éthique des grades ; des objets et des symboles ; des sons frappés ou musicaux, des lumières, des couleurs, des nourritures, des parfums : tout ce qui interpelle les cinq sens. Le Chemin Initiatique reste le Chemin de la Découverte et de la Liberté de Pensée et d'Action.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit.
    Ces publications sont à caractère informatif. L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • Qu'est-ce qu'un homme au sens anthropologique ? C'est, comme le disait Aristote, un « animal rationnel ». Mais l'homme ne peut se résumer à cette définition : il est aussi un être sollicité par l'Esprit de vie et par l'Être qui le mettent en demeure d'utiliser sa raison, d'abord afin que ces concepts soient pleinement compris, puis de manière à définir en conséquence l'éthique qu'ils proposent à son libre arbitre. Ainsi peut-on dire qu'un être humain ne devient pleinement homme que lorsqu'il appréhende les aspects métaphysiques et les implications éthiques de l'Esprit et de l'Être. La culture maçonnique contient en elle-même une symbolique, une méthode herméneutique et une épistémologie susceptibles d'aider l'être humain dans la compréhension de cette métaphysique et de cette éthique traditionnelles. Patrick Négrier s'intéresse dans cet ouvrage aux textes fondateurs de la Franc-maçonnerie écrits entre 1356 et 1751, qu'il analyse de façon érudite. Par ce biais, il aborde les rites qui ont déterminé cette période (Anciens Devoirs, Mot de maçon) et les Constitutions d'Anderson et de Désaguliers. D'une interprétation philosophique de la Bible à la quête d'une religion naturelle pratique, sont ainsi explorés les différents aspects d'une culture maçonnique porteuse d'un humanisme au sens plein.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont conçus pour répondre aux questions générales et particulières qu'on se pose sur cette prestigieuse institution et lever l'aura de mystère qui nimbe son histoire. Les sujets traités ne sont pas limités, et chacun peut suggérer un nouveau thème sur le site des cahiers . Le but est que chacun, maçon averti, apprenti ou même profane, puisse trouver facilement une information claire et détaillée, des explications précises et argumentées ou encore un point de départ pour ses recherches, chaque cahier comportant une riche bibliographie. La présentation en cahiers permet de traiter une question de manière exhaustive, d'approfondir l'argumentation et d'en dégager toutes les ramifications. Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique particulière. Leur anonymat témoigne de leur volonté de s'exprimer du point de vue général de l'Ordre maçonnique pour privilégier la description des convergences et des différences au sein même de cette organisation complexe.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit. Ces publications sont à caractère informatif. L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit.
    Ces publications sont à caractère informatif. L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit.
    Ces publications sont à caractère informatif, et les auteurs, bien que membres chacun d'une obédience particulière, restent anonymes, car ils s'expriment dans ces textes, non pas au nom d'une organisation maçonnique, mais en celui de l'Ordre maçonnique en général. Au nom de ce que tous les maçons, quelle que soit l'organisation maçonnique à laquelle ils appartiennent, se reconnaissent individuellement en commun.
    L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • "Les Cahiers de la Franc-maçonnerie" sont conçus pour répondre aux questions générales et particulières qu'on se pose sur cette prestigieuse institution et lever l'aura de mystère qui nimbe son histoire. Les sujets traités ne sont pas limités, et chacun peut suggérer un nouveau thème sur le site des cahiers www.cahiersdelafm.org. Le but est que chacun, maçon averti, apprenti ou même profane, puisse trouver facilement une information claire et détaillée, des explications précises et argumentées ou encore un point de départ pour ses recherches, chaque cahier comportant une riche bibliographie. La présentation en cahiers permet de traiter une question de manière exhaustive, d'approfondir l'argumentation et d'en dégager toutes les ramifications. "Les Cahiers de la Franc-maçonnerie" sont écrits par des francs maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique particulière. Leur anonymat témoigne de leur volonté de s'exprimer du point de vue général de l'Ordre maçonnique pour privilégier la description des convergences et des différences au sein même de cette organisation complexe.

  • La religion est un ensemble, les institutions religieuses sont ses manifestations dans le monde, qu'il s'agisse du monde social ou de celui des lettres, des pensées. Ces institutions peuvent être différenciées en deux grandes classes : celles qui en principe rassemblent les serviteurs d'un dogme, et celles qui rassemblent les gens de la voie. Ainsi, dans l'Église catholique, le clergé séculier regroupe clairement les serviteurs du dogme, tandis que le clergé régulier regroupe les gens de la voie. Quels rapports (nous ne parlons évidemment pas de rapports diplomatiques) peut-on établir entre la Franc-maçonnerie et ces institutions ? Existe-t-il par exemple des convergences entre les voies religieuses et la voie maçonnique ? Quelle est l'essence des divergences entre la Maçonnerie et les institutions dogmatiques ?

  • Le franc-maçon, comme son nom l'indique, est maçon, il construit. Il construit un temple, et pour cela il utilise des outils variés. Pour tracer les plans de l'oeuvre, il se sert de la règle, de l'équerre et du compas qui, entrecroisés, symbolisent la Franc-maçonnerie. Pour reporter le plan sur le sol grandeur nature, il a recours à un cordeau ou à une corde à douze noeuds. Pour tailler les pierres, il utilise ciseaux et maillets. Pour assembler les pierres avec du ciment, il prend une truelle. Pour élever l'édifice, il se saisit d'un niveau et d'un fil à plomb. Mais ce temple qu'il construit est aussi, à un autre niveau, à la fois lui-même et la collectivité humaine, d'abord celle des frères de sa loge et de tous les maçons, et dans l'idéal celle de tous les êtres. Il commence pour cela par tailler sa pierre, c'est-à-dire lui-même, en utilisant ciseau et maillet. Le maillet symbolise l'énergie qu'il va mettre en oeuvre pour évoluer et le ciseau, l'application du tranchant de son intelligence à sa réflexion. Il n'oubliera pas la truelle (même si cet outil n'apparaît pas dans son rite) pour appliquer le ciment de la fraternité entre toutes les pierres, entre tous les hommes.

  • « Notre maçonnerie est spéculative, mais les pierres de nos temples sont bien concrètes : il s'agit d'êtres humains avec leurs qualités, leurs défauts, leurs susceptibilités, leurs blocages et même leurs traits de génie. Pourtant, ces hommes si différents, en tant que maçons, doivent s'appareiller, s'ordonner pour former un édifice harmonieux. » C'est en ce sens que le maçon spéculatif doit comprendre le terme « architecture ». C'est en ce sens qu'il doit l'appliquer à lui-même, à ses frères, mais aussi à ses écrits et à ses paroles qui, bien avant de s'appeler des « planches », étaient des « morceaux d'architecture ». « Le symbole n'est pas nouveau. On le trouve dès le Ier siècle dans l'oeuvre d'Hermas (le plus ancien des Pères de l'Église) intitulée Le Pasteur. » Pourtant, celui-ci était déjà l'héritier d'une longue tradition, comme le prouve son pseudonyme Hermas (Hermès). Dans ce cahier, le lecteur découvrira les rapports intimes qui unissent la maçonnerie, le maçon, le temple et l'architecture.

  • Ce trente-troisième ouvrage consacré aux nombres est le dernier de la série « Les Cahiers de la Franc-maçonnerie ». Trente-trois comme les trente-trois degrés du Rite Écossais Ancien et Accepté. Trente-trois comme les trente-trois ans du cycle solaire connu dans toutes les traditions. La Franc-maçonnerie, héritière de Pythagore, accorde une grande importance aux nombres. C'est pourquoi le nouveau franc-maçon commence par apprendre qu'il a trois ans, même s'il en a plus de quarante. Il lui faudra savoir pourquoi. Au fur et à mesure de son avancée dans les degrés, il changera d'âge et découvrira d'autres nombres. Il écoutera les batteries - le nombre de fois où les maçons frappent dans leurs mains - et comptera les coups de maillet donnés par les officiers de la loge, car rien dans les rituels n'est laissé au hasard - surtout pas les nombres. Il en étudiera les sens et finalement en découvrira l'universalité à travers le temps et l'espace.

  • Le 24 juin 2017 sera fêté le 300e anniversaire de la Franc-maçonnerie moderne. Le livre présenté ici transcrit le rituel complet qui fut conçu et mis en oeuvre pour la célébration européenne de l'événement, à Bruxelles, sous l'égide de la Grande Loge Régulière de Belgique. La légende voudrait que le 24 juin 1717, dans la taverne dite L'Oie et le Gril (The Goose and Gridiron) à Westminster, quatre Loges londoniennes eussent créé la Grande Loge de Londres et de Westminster, qui deviendra la Grande Loge de Londres en 1724, puis la Grande Loge d'Angleterre en 1738 et qui, enfin, en 1813, sera absorbée par la Grande Loge Unie d'Angleterre, en accord avec les Grandes Loges d'Irlande et d'Écosse. Il ne s'est probablement rien passé ce jour-là, et cette cérémonie n'eut lieu que dans la tête de James Anderson afin de valoriser ses Constitutions de 1723 qui, très vite (en 1738 puis en 1742), ont été abrogées au profit d'un texte plus conforme aux traditions, Landmarks et « vieux devoirs » maçonniques. Il n'empêche, cette date est symboliquement celle de l'émergence de la Franc-maçonnerie moderne et de son renouveau en Grande-Bretagne, mais aussi vers les continents européen et américain. Ce beau texte est une invitation à méditer une spiritualité vivante et vivace pour notre époque... Ouvrage écrit avec la collaboration de Freddy Malice et Jean-Marc Denis, membres de la Loge La Parfaite Fraternité à l'Orient de Mons, pépinière de Grands Maîtres pour la Grande Loge Régulière de Belgique.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit. Ces publications sont à caractère informatif. L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit.
    Ces publications sont à caractère informatif. L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit.
    Ces publications sont à caractère informatif, et les auteurs, bien que membres chacun d'une obédience particulière, restent anonymes, car ils s'expriment dans ces textes, non pas au nom d'une organisation maçonnique, mais en celui de l'Ordre maçonnique en général. Au nom de ce que tous les maçons, quelle que soit l'organisation maçonnique à laquelle ils appartiennent, se reconnaissent individuellement en commun.
    L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • Les Cahiers de la Franc-maçonnerie sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique quelle qu'elle soit. Ces publications sont à caractère informatif. L'exercice est difficile, en ce sens qu'il exige des auteurs qu'ils s'éloignent de leurs opinions personnelles pour privilégier la description des convergences et des différences entre les diverses organisations maçonniques sans pour autant les réduire à leurs particularismes. Ils sont auteurs de plusieurs ouvrages sur la Franc-maçonnerie et c'est en s'appuyant tout autant sur leurs recherches que sur leurs expériences personnelles qu'ils rédigent ces cahiers, destinés à informer tant le maçon que le profane.

  • La Franc-maçonnerie régulière s'abreuve à trois sources : sa propre tradition du Métier, avec ses symboles et ses rituels, la source biblique, qui livre les concepts clés du Temple de Salomon et de l'architecte Hiram, et la source rationnelle qu'offre le regard scientifique. L'idée centrale du Grand Architecte de l'Univers est étudiée ici, au travers de ces trois sources en parallèle. Avec une nuance. Il ne s'agit pas du Grand Architecte de l'Univers, mais du Grand Architecte dans l'Univers. Pourquoi ? Parce que le Divin que la Franc-maçonnerie régulière tend à faire atteindre par l'initiation n'est pas une Idée platonicienne éthérée et étrangère au monde, mais bien le Réel même du monde tel qu'il est et tel qu'il va, au-delà des apparences profanes.

  • C'est l'interrogation de tout nouvel arrivant sur une voie initiatique. Ai-je tout oublié de mes apprentissages intellectuels et sociaux passés ? Mes acquis ésotériques vont-ils me permettre un autre décodage de ma vie affective et pratique ? Serai-je un éternel Apprenti, ou vais-je trouver sur cette voie initiatique matière à mieux lire et à mieux écrire l'histoire de ma vie ? Et si je ne sais ni lire ni écrire, qui me donnera les lettres d'un nouvel alphabet ?

  • « Les Cahiers de la Franc-maçonnerie » sont conçus pour répondre aux questions générales et particulières qu'on se pose sur cette prestigieuse institution et lever l'aura de mystère qui nimbe son histoire. Les sujets traités ne sont pas limités, et chacun peut suggérer un nouveau thème sur le site des cahiers . Le but est que chacun, maçon averti, apprenti ou même profane, puisse trouver facilement une information claire et détaillée, des explications précises et argumentées ou encore un point de départ pour ses recherches, chaque cahier comportant une riche bibliographie. La présentation en cahiers permet de traiter une question de manière exhaustive, d'approfondir l'argumentation et d'en dégager toutes les ramifications. « Les Cahiers de la Franc-maçonnerie » sont écrits par des francs-maçons qui ne s'expriment pas au nom d'une obédience maçonnique particulière. Leur anonymat témoigne de leur volonté de s'exprimer du point de vue général de l'Ordre maçonnique pour privilégier la description des convergences et des différences au sein même de cette organisation complexe.

empty